Industrie alimentaire : les consommateurs inquiets, curieux et légèrement chauvins

10 février 2017 - Par Pierre-Alain Belpaire

Le MAPAQ (Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec) organisait ce vendredi sa deuxième Rencontre Préparatoire en vue du Sommet sur l’Alimentation. Réunis au Centrexpo Cogeco de Drummondville, les convives se sont penchés sur le « développement du potentiel de l’industrie alimentaire québécoise sur les marchés d’ici et d’ailleurs ». « Il s’agit d’une industrie vitale pour le Québec tout entier, notamment en raison de son rôle de trait d’union entre les consommateurs et les secteurs primaires de la production, a salué, en introduction, Laurent Lessard, nouveau ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. Nous nous réunissons pour mieux comprendre ses défis, mais surtout pour prendre toute la mesure de son incroyable potentiel de développement pour toutes les régions. »

Pour planter le décor et nourrir les discussions de la journée, la firme Léger a présenté les résultats d’un sondage sur les perceptions et préoccupations des Québécois envers cette industrie alimentaire. Il ressort ainsi de cet exercice qu’une large majorité (65 %) des répondants se sentent fortement concernés par les actualités entourant le secteur alimentaire. Une proportion qui augmente particulièrement au sein des baby-boomers. Mieux : 78 % des Québécois souhaitent même être davantage informés à ce sujet et voudraient notamment en savoir plus sur la composition des aliments, leur provenance, les inspections effectuées dans les entreprises, … Et la meilleure manière d’informer le consommateur serait, selon le sondage, d’indiquer tous ces renseignements sur les étiquettes et emballages.

Parmi les nombreux enjeux auxquels fait face l’industrie alimentaire, l’hygiène et la salubrité des aliments est celui qui préoccupe le plus les citoyens (73 %), devant la facilité d’accéder à des produits frais et nutritifs (62 %) et la qualité nutritive des aliments transformés (62 %). Si certains consommateurs semblent se méfier de l’industrie alimentaire (43 % d’entre eux avouent par exemple avoir peu ou pas confiance dans les certifications mises en place), la majorité d’entre eux (58 %) reconnaissent que ce secteur contribue à l’économie de la province et à la création d’emplois.

Deux tiers des répondants sont satisfaits de l’offre actuelle en aliments produits ou transformés au Québec. Et nombreux sont ceux qui estiment que ces aliments « locaux » se distinguent des autres par leur goût (43 %), leur aspect sécuritaire (31 %) ou leur caractère authentique et naturel (29 %).

Enfin, s’ils estiment que le gouvernement québécois devrait davantage soutenir les entreprises alimentaires adoptant des pratiques exemplaires ou mieux encadrer la certification d’aliments, les sondés se disent plutôt optimistes quant à l’avenir des entreprises québécoises de transformation d’aliments.

Le sondage complet est disponible sur le site internet du Sommet sur l’Alimentation.

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.