Hôtels de Québec et de Montréal : Absence de clients, vague de licenciements

 
19 août 2020

Dans les grands centres urbains du Québec, l’industrie hôtelière peine à se relever de la terrible crise. Privés des voyageurs étrangers (les frontières sont toujours fermées), les hôtels de la métropole et de la Capitale-Nationale accusent des taux d’occupation ayant chuté de plus de 60 % pour les mois de juillet et août comparativement à pareille date l’an dernier.

« Ça va très mal pour Montréal », a lancé sans détour la PDG de l’Association des hôtels du Grand-Montréal (AHGM), Eve Paré, dans un article paru ce mercredi dans La Presse. Elle rappelle que, normalement, près de 80 % des visiteurs qui mettent les pieds dans la métropole proviennent de l’extérieur. « Les Québécois, ils ont plus tendance à prendre le large [qu’à venir en ville], soutient-elle. Tous les centres urbains vivent la même situation. L’été a vraiment mis en évidence l’écart entre la ville et les régions. » Pour le moment, Eve Paré ne voit pas le bout du tunnel.

Du côté de la ville de Québec, cinq établissements ont déjà fait parvenir un avis de licenciement collectif au ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, annonçait mardi un article de Radio-Canada : l’Hôtel Delta, l’Hôtel Pur, l’Hôtel Clarion, l’Hôtel Classique et l’Hôtel Clarendon. À cela s’ajoutera un total de 682 employés licenciés de plus, provenant de six autres hôtels selon la CSN qui représente les employés de ces établissements, certains d’entre eux étant situés à l’extérieur de la Capitale.

Cette situation préoccupe Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN), qui espère que le gouvernement viendra soutenir ces travailleurs licenciés. Selon elle, il faudra s’attendre à ce que les hôtels de la région licencient entre 3 500 et 3 800 employés de plus d’ici la fin de la saison.

Sans perspective de reprise pour l’automne, le pire serait à craindre. La députée libérale Isabelle Melançon a fait part à La Presse de sa crainte que certains hôteliers décident de changer la vocation de leur établissent pour en faire des résidences pour personnes âgées par exemple. Cette transformation aurait pour effet de réduire l’offre d’hébergement. « Moins on a d’offres, moins on devient attrayant pour les grands congrès », soutient-elle.

(Avec La Presse et Radio-Canada. Crédit photo JoeBreuer / Pixabay)

Mots-clés: Québec (province)
Revue de presse
Hôtellerie

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).