Hotelia 2016 : Virage écologique, victoire économique

22 septembre 2016 - Par Pierre-Alain Belpaire

Quelque 150 professionnels de l’hôtellerie et du tourisme étaient réunis, le 15 septembre dernier, dans le flambant neuf hôtel William Gray à l’occasion de la deuxième cérémonie des Prix Hotelia. La soirée, organisée par l’Association des Hôtels du Grand Montréal (AHGM), avait pour objectif de récompenser six initiatives hôtelières et les établissements ou membres du personnel qui les ont prises. Du 20 au 28 septembre, HRImag dresse le portrait des six lauréats.

« Ce qui nous a poussés à adopter ces mesures écoresponsables ? Vous voulez une réponse franche ? » Euh oui, de préférence… « L’argent... Je sais bien que ce n’est pas la réponse la plus séduisante mais c’est la plus sincère », confie Yanick Beaulieu, directeur-général du Saint-Sulpice. « De par notre modèle d’affaires particulier, celui de condo-hôtel, nous devons en permanence nous interroger sur les meilleures manières de faire des économies. Et ces projets écoresponsables nous permettaient d’incroyables diminutions de coûts. »

La stratégie qui a valu aux équipes du Saint-Sulpice de recevoir le Prix Hotelia dans la catégorie Initiative Écoresponsable s’articule autour de trois axes. Le premier de ces projets, mis en place voici bientôt un an, se résume en un concept : intelligence énergétique. « Une compagnie d’experts est venue étudier, analyser, observer notre établissement », se souvient Yanick Beaulieu. « Ils ont placé des capteurs un peu partout et depuis, l’hôtel est monitoré en permanence : humidificateur, chauffe-eau, température, électricité, … Tout est surveillé 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Si je devais dresser la liste de tous les éléments qu’on contrôle, je vous transmettrais un document d’au moins trois pages. »

Heureusement, la liste des conséquences et bénéfices est, elle aussi, d’une impressionnante longueur : réduction des gaz à effet de serre, octroi d’une subvention d’Hydro-Québec, … « La meilleure gestion de l’électricité nous a ainsi permis de diminuer notre consommation de 46 % », illustre le directeur général. « Avec un impact financier évident : nous sauverons 86 000 $ en 18 mois. » Soit exactement ce qu’avaient coûté les analyses et installations. « Eh oui, un retour sur investissements en à peine un an et demi ! »

Le deuxième chantier concerne l’installation de trois bornes pour voitures électriques. « Plusieurs clients nous en avaient fait la demande, nous avons donc décidé de nous lancer. » En gardant toujours à l’esprit la fameuse intelligence énergétique : en plein rush matinal, lorsque des dizaines de douches coulent en même temps, ces bornes sont à l’arrêt. « Tous ces systèmes sont à la pointe de la technologie », précise fièrement le gestionnaire.

Le dernier plan, enfin, s’attaquait à la gestion du recyclage. Le ramassage étant effectué par une compagnie privée, les quantités se trouvent limitées. « Lorsque nous atteignions la capacité maximale, soit très souvent, nous devions mettre les surplus aux poubelles. En achetant un compacteur à cartons voici trois mois, nous sommes désormais capables d’envoyer au recyclage tout ce qui peut l’être. »

Yanick Beaulieu recevant son prix des mains de Daniel Sarrazin, président de Fusion Énergie

Si ces trois projets sont aujourd’hui salués par tous, c’est avec scepticisme qu’avaient été accueillies les premières ébauches. « Certains pensaient que nous perdrions de l’argent, d’autres ne voyaient tout simplement pas l’intérêt. Ils se trompaient. Je me trompais. » Pourtant, ces craintes sont encore aujourd’hui partagées par bien des hôteliers lorsque sont évoquées de telles mesures écoresponsables. « Ils doivent oser et foncer ! », conseille Yanick Beaulieu. « S’ils ne le font pas pour le côté vert, qu’ils le fassent pour l’argent : c’est peut-être triste à dire mais si ça peut éveiller l’intérêt de certains, tant mieux ! »

Ravis du Prix Hotelia qui leur a été attribué, les responsables du Saint-Sulpice espèrent qu’il permettra d’amener davantage de propriétaires et dirigeants à s’intéresser au sujet. « Quand la mode recommande de changer la couleur d’un couvre-lit, tout le monde en parle sur les réseaux, on débat, on s’interroge et on finit bien souvent par copier la tendance. Si l’écoresponsabilité devient une mode, je serai ravi de voir les autres établissements s’inspirer de nos décisions… »

(Crédit photo : Virtuo - AHGM)

Pour suivre le Saint-Sulpice Hôtel Montréal :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.