Hôtel du Domaine : 2020, l’été de tous les records

 
25 septembre 2020 | Par Pierre-Alain Belpaire

L’été 2020 restera dans toutes les mémoires. Mais les résultats d’un sondage dévoilés cette semaine indiquent que tous les professionnels de l’industrie touristique québécoise n’en garderont pas forcément un mauvais souvenir. Menée conjointement par la Chaire de Tourisme Transat, le ministère du Tourisme du Québec (MTO) et l’Alliance de l’industrie touristique du Québec, cette enquête indique par exemple qu’un tiers des répondants (36 %) estiment avoir pu opérer leur entreprise « comme à l’habitude », que la moitié (51 %) d’entre eux se déclarent satisfaits de leur saison estivale et que 17 % sont parvenus à attirer en leurs murs plus de visiteurs que l’an dernier. Plus d’un opérateur sur huit (13 %) confie même avoir enregistré un meilleur chiffre d’affaires durant ce mémorable été 2020 que lors de l’exercice 2019.

Posé à Thetford Mines, l’Hôtel du Domaine a connu une excellente saison 2020. Du 1er juin au 31 août, ses 56 suites et 32 chambres ont accueilli quelque 10 700 visiteurs. Avec des taux d’occupation de 75 % et 79 % en juillet et en août, l’établissement a enregistré une hausse record de 30 % par rapport à 2019 qui, de l’aveu de Marisa Bolduc, directrice marketing, pouvait pourtant déjà être qualifiée de « bonne année ».
 

HRImag : Comment expliquez-vous cette hausse exceptionnelle dans un contexte et une année pourtant très particuliers ?

Marisa Bolduc : Début juin, lors de l’annonce par le gouvernement de l’assouplissement des mesures touchant le secteur touristique, on a décidé ne pas faire « comme d’habitude » et de miser sur un passeport d’activités, inclus dans les promotions et les forfaits. Avant, ici, tout était séparé et proposé à la carte : l’hôtel, le spa, l’escalade, le Boisé, la location de kayaks, le golf… Nous n’avions pas de stratégie globale ; on y a remédié.

Le succès de cette offre a-t-il été immédiat ?

Non. Les gens ont beaucoup appelé et réservé en juin, mais c’est vraiment en juillet et en août que les chiffres ont décollé. Peut-être parce qu’en juin, certains étaient encore un peu frileux à l’idée de fréquenter un hôtel. De plus, notre site convient vraiment aux familles et dès la fin officielle de l’année scolaire, on a vu le nombre de visiteurs augmenter. De proposer plusieurs activités a aussi poussé beaucoup de clients à rester deux nuits plutôt qu’une : entre le 1er juin et le 31 août, la durée moyenne des séjours a été de 1,87 nuit.

Quand avez-vous compris que ce serait une année record ?

On l’a rapidement ressenti sur le terrain : à Thetford, comme un peu partout ailleurs au Québec, le recrutement est compliqué. Quand on a commencé à accueillir un plus grand nombre de visiteurs, nos équipes ont dû travailler très fort pour préparer les chambres dans les délais et offrir des expériences parfaites, même si ce ne fut pas toujours simple. Tout le monde a mis la main à la pâte.

Avez-vous accueilli le même public que lors des étés précédents ou êtes-vous parvenus à séduire de nouveaux profils de visiteurs ?

La majorité de nos clients viennent de la grande région de Québec, mais nous avons aussi eu des clients venant de la région de Victoriaville, de Lac-Mégantic ou des Bois-Francs. On a vu cet été beaucoup de couples, des jeunes professionnels qui venaient pour deux jours minimum et qui cherchaient à maximiser leur séjour en profitant du spa, en faisant du sport…

Pensez-vous également connaître un automne et un hiver exceptionnels en termes de fréquentation ?

Pour l’automne, à date, cela se déroule très bien. On a diffusé nos offres sur différents canaux, notamment via le réseau Ôrigine ou des plateformes de réservations. On ne pourra pas battre l’été, c’est évident, mais on devrait avoir de belles saisons.

À moyen et à long termes, comment allez-vous vous y prendre pour continuer à enregistrer de tels chiffres ?

En adoptant à nouveau la même stratégie, tout simplement. Cette proposition de forfait tout inclus, c’était un test. Mais un test concluant, qui fera donc désormais partie de notre stratégie à l’année longue. On pourrait par exemple parfaitement le décliner en hiver.

Mais comment faire pour aller encore plus loin, pour améliorer ces résultats ?

La clé sera de parvenir à convaincre encore davantage de visiteurs de réserver pour deux nuits. On travaillera fort là-dessus.

Vous avez accueilli plus de clients mais, pour respecter la distanciation physique, vous avez dû diminuer le nombre de places assises dans les deux restaurants du site. Comment avez-vous pu concilier ces deux réalités ?

On a pu compter sur nos immenses terrasses extérieures. On a aussi proposé dès le début de l’été des boites-repas que les clients pouvaient emporter et déguster dans leur suite ou leur chambre. Nos deux restaurants sont également très différents : au Pub, on sert surtout le midi, on accueille beaucoup de clientèle locale, des travailleurs, etc. ; au restaurant de l’hôtel (La cuisine du domaine, ndlr), on possède deux grandes salles à manger, l’une plutôt pour les déjeuners, l’autre pour les dîners et soupers. Enfin, quand on accueillait les clients, on leur mentionnait l’importance de réserver, de planifier leur repas. Bref, on s’est organisés…

Comment se sent-on quand on annonce de tels résultats alors qu’on sait que beaucoup d’autres établissements hôteliers ont connu un été catastrophique ? De la fierté ? Une certaine gêne ?

Même si on trouve cela dommage pour les autres acteurs, notamment ceux des grandes villes, on est fiers, oui. On a travaillé dur en juillet et en août. Et puis les hôtels installés en régions ne l’ont pas toujours eue facile et ne peuvent pas compter sur les festivals et les attraits qu’on trouve habituellement en villes.

Parvenir à conserver la clientèle acquise durant cet été 2020 sera-t-il le plus grand défi à relever dans les mois et les années à venir ?

Oui, sans doute. Mais, une fois encore, on est très confiants. Dans leurs commentaires, beaucoup de visiteurs nous ont indiqué vouloir revenir ici. On a réussi à bien se faire connaître, à proposer un forfait intéressant, à toucher un nouveau public… On est sur une lancée. Et on vise de battre d’autres records.

(Photo fournie par Hôtel du Domaine)

Pour suivre l’Hôtel du Domaine :

Mots-clés: 12 Chaudière-Appalaches
Statistiques
Hôtellerie

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).