Guide Michelin 2018 : Huit chiffres à retenir

9 février 2018

Le célèbre guide rouge a publié ce lundi sa liste des restaurants primés en France. Présence des chefs étrangers, représentation des femmes, pression accrue : voici les huit chiffres à retenir de ce Guide Michelin 2018.

 
- 621 étoilés
Cette année, le nombre total d’étoilés atteint 621, soit cinq de plus que la dernière édition. L’année 2018 se démarque par une présence accrue des chefs étrangers, notamment japonais, dans le palmarès.

- 57 restaurants « en hausse »
Le guide célèbre 50 nouveaux restaurants une étoile et cinq nouveaux restaurants deux étoiles. Les chefs Marc Veyrat (La Maison des Bois) et Christophe Bacquié (Hôtel du Castellet) décrochent tous deux trois étoiles.

- 28 restaurants trois étoiles
Avec ces deux nouvelles tables (La Maison des Bois et Hôtel du Castellet), le club sélect des restaurants trois étoiles compte maintenant 28 établissements. Et ce, après le retrait du restaurant Le Suquet, à la demande de son chef Sébastien Bras.

- 0 femme
Aucune femme n’a été distinguée d’une troisième ni d’une deuxième étoile cette année. Parmi les premières étoiles, il n’y a aucune femme, à l’exception de cuisinières primées en même temps que leur conjoint. C’est le cas de Kwen Liew, co-chef du restaurant Pertinence avec son compagnon Ryunosuke Naito et de Mi-Ra-Kim, cofondatrice de L’Essentiel avec Charles Thuillant. En 2017, une seule femme avait été décorée d’une première étoile, Fanny Rey.

- 1 Canadien
L’édition 2018 compte plusieurs chefs d’origines diverses, dont un Canadien, Noam Gedalof du restaurant Comice (félicitations, au passage, à sa compagne et sommelière, Etheliya Hananova !). D’autres chefs d’origine étrangère se sont aussi démarqués, comme le Danois Andreas Moller (Copenhague), le Libanais (Alan Geaam) et le Grec Andréas Mavrommatis (Mavrommatis). Deux chefs nippons ont été récompensés de deux étoiles, il s’agit de Masafumi Hamano (Au 14 Février) et de Takao Takano (Takao Takano). Takashi Kinoshita (Château de Courban), Ryunosuke Naito (Pertinence) et Takayuki Nameura (Montée) décrochent une étoile.

- 19 « perdants »
Cette édition 2018 compte 19 établissements qui se sont vu retirer leur étoile. Comme le rappelle le Business Insider France, l’obtention d’une étoile Michelin n’est pas seulement honorifique. Une première étoile provoque beaucoup de changements pour un restaurant : augmentation du nombre de clients (40 %), diversification de la clientèle, internationalisation des clients…

- 27 ans
Les plus jeunes décorés sont Anthony Lumet (Le Pousse Pied) et Guillaume Mombroise (Sept), qui décrochent une première étoile à 27 ans.

- 25 euros
En novembre 2017, le chef Jérôme Brochot demandait au Guide Michelin de retirer l’étoile qu’il avait obtenue en 2005. Il souhaitait ainsi pouvoir baisser les prix de ses menus, rappelle le Huffington Post France. À sa plus grande surprise, le célèbre guide rouge a décidé de lui laisser son étoile… Même si son menu est passé de 95 euros (146 $) à 25 euros (38 $) ! « Michelin a compris nos difficultés », a-t-il affirmé au Huffington Post.
 
 
Pour suivre le Guide Michelin :
- Sur le Web : restaurant.michelin.fr
- Sur Facebook : @guideMICHELINfr
- Sur Twitter : @guideMichelinFR
- Sur Instagram : #michelinguide

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.