dark_mode light_mode
 

Grand Prix : les terrasses, objet permanent de discorde avec la Ville

 
10 juin 2024 | Par Agathe Pinault
Crédit photo: Restaurant Ferreira

Les terrasses et les permis afférents sont depuis longtemps au cœur de désaccords et discussions houleuses avec la Ville de Montréal.

Dernier exemple en date, lorsque le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) a commandité la fermeture de plusieurs terrasses de restaurants jugées non-sécuritaires dans les rues Peel, Crescent et Notre-Dame, à Montréal. Cette intervention a eu lieu vendredi dernier dans la soirée, premier jour des festivités du Grand Prix de Montréal.

La copropriétaire de Café Ferreira - un des restaurants qui a vu sa terrasse fermer ce soir-là - a réagi à chaud dans une vidéo publiée sur Instagram, qui cumule plus de deux millions de vues à date.

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

« Ça fait des mois qu’on s’acharne pour avoir un Grand Prix dans la rue Peel. On a fini par avoir un permis pour notre terrasse. Alors pourquoi [le service de sécurité incendie de Montréal] a attendu le vendredi du Grand Prix pour venir, alors qu’on a un restaurant plein à craquer ? Je trouve ça cruel, je ne comprends pas. J’ai honte, j’ai honte pour ma ville, j’ai honte que ça se passe devant nos clients », s’est fâchée Sandra Ferreira.

Selon elle, le SIM était déjà passé il y a quelques semaines pour lui dire d’enlever les chapiteaux des terrasses, car ils n’étaient pas situés à trois mètres de l’immeuble. Puis la restauratrice affirme s’être faite dire que finalement, leur emplacement était correct.

Une question de sécurité

De son côté, le chef de division aux communications du SIM, Guy Lapointe, affirme que les restaurants ont été prévenus à l’avance. L’Association des Pompiers de Montréal - qui diffère du SIM - rappelle dans un communiqué que « la société ne peut se permettre de faire preuve de laxisme, surtout en période de très forte affluence humaine, au risque d’engendrer de funestes événements, voire même des tragédies ». Un incendie sur la terrasse peut en effet se propager jusqu’aux immeubles à proximité si les chapiteaux sont trop proches.

Valérie Plante a tenu un point de presse dimanche suite à ces événements. Ensemble Montréal, l’opposition officielle à l’hôtel de ville, estime que la mairesse n’a pas répondu aux questionnements des commerçants : comment est-ce possible que les restaurateurs aient obtenu un permis de l’arrondissement Ville-Marie si les terrasses étaient non conformes ? Pourquoi l’opération menée par le SIM a-t-elle eu lieu un vendredi soir, et non pas quelques jours avant la fin de semaine du Grand Prix ? Ensemble Montréal exige donc une transparence totale et publique sur « cette situation honteuse et inadmissible pour les restaurateurs montréalais ».

Et ce ne sont pas les seuls à exprimer leur préoccupation. Le directeur général de Montréal centre-ville, Glenn Castanheira, a affirmé que « cette démarche, entamée dès le premier jour des festivités, en période de forte affluence touristique, suscite de sérieuses inquiétudes quant à ses conséquences sur la vitalité économique de certains commerçants du centre-ville ».

En attendant, que ce soit pour le Grand Prix ou en tout temps, les restaurateurs désirant installer une terrasse sont enjoints à bien vérifier leur permis et la zone où il est autorisé de s’installer, mais aussi à penser à l’accessibilité. Et pourquoi pas, réfléchir à convertir sa terrasse pour l’hiver, histoire d’en profiter au maximum...

Mots-clés: 06 Montréal
Équipement
Lois, règlements et permis
Restauration

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).






arrow_right
Semaine #24
-6.18 %arrow_drop_down
0.01 %arrow_drop_up
-0.32 %arrow_drop_down
De quoi s'agit-il ?
Cliquez ici