Geoffrey Barry aux commandes du restaurant La Quintessence de Mont-Tremblant

 
26 septembre 2019 | Par Héloïse Leclerc

L’Hôtel Quintessence de Mont-Tremblant annonçait tout récemment la nomination de Geoffrey Barry à la tête des cuisines de son restaurant éponyme. Approché par un recruteur à l’international, le chef a été séduit par la grande nature du Canada et la possibilité d’y créer une cuisine alliant les produits de notre terroir aux influences méditerranéennes qui ont marqué son parcours.

Né dans le sud de la France et issu d’une lignée de marins et de pêcheurs, Geoffrey Barry a suivi sa formation classique à Arles avant de gravir les échelons et de pratiquer son métier de cuisinier en Angleterre, en France et plus récemment, en Belgique.

Débarqué en sol québécois le 27 juillet dernier, il a pris le relais du chef sortant en pleine saison touristique, tout en commençant à se familiariser avec les ingrédients disponibles. Sa carte d’hiver sera d’ailleurs déployée au cours des prochaines semaines et vise à gâter la clientèle locale. Si la variété de poissons locaux ne peut évidemment rivaliser avec celle du bassin méditerranéen, Geoffrey Barry assure trouver tout le nécessaire pour donner corps à sa vision. « Alors là, j’ai eu un coup de cœur pour une petite ferme familiale à Compton, qui élève un cochon noir du Québec ! Elle ne produit pas énormément de pièces de viande, car elle a plutôt décidé de jouer la carte de la qualité. Ça m’a vraiment interpellé. »

À la recherche d’une fusion réussie

Tout en prônant le respect des techniques classiques, l’homme – qui se définit d’abord lui-même comme un cuisinier proche de sa brigade – croit qu’il est tout à fait possible d’actualiser la cuisine française en favorisant des rencontres inusitées avec des produits qui n’en font pas traditionnellement partie. « Il y a un vrai travail, une vraie recherche derrière ça, il ne s’agit pas juste de termes marketing pour attirer l’œil ! », insiste-t-il. Poisson de lac rehaussé d’aïoli, tartare de veau à l’anguille fumée, plats montagnards gratinés au fromage laurentien, cerf paré d’herbes aromatiques typiques de la cuisine méditerranéenne : ses idées ne manquent pas d’attiser la gourmandise.

« J’aimerais éventuellement avoir encore plus de cuisiniers québécois dans ma brigade. Il faut dire que c’est un métier contraignant, mais j’espère quand même pouvoir en attirer avec une cuisine enthousiasmante ! »

(Photos fournies par l’Hôtel Quintessence)

Pour suivre l’Hôtel Quintessence :

Mots-clés: 15 Laurentides
Portraits
Nominations
Chefs
Restauration

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).