Fierbourg/Restos Plaisirs : Un partenariat « gagnant-gagnant »

11 avril 2018 - Par Pierre-Alain Belpaire

« Cette année, nous ne comptons que trois élèves inscrits dans notre programme Service de la restauration », se désole Mélissa Laflamme, directrice de l’École hôtelière Fierbourg.

Si la pénurie de main-d’œuvre est sur toutes les lèvres et de toutes les conversations, la pénurie d’étudiants, plus discrète, n’en est pas pour autant moins grave. Pour régler ce « véritable problème » et intéresser davantage de candidats, l’établissement québécois a annoncé ce mercredi qu’il s’associait au groupe Restos Plaisirs pour offrir, dès le mois d’août prochain, une formation qui se déroulera à 45 % en entreprise. Les élèves inscrits au programme découvriront la réalité de la restauration dans l’un des 12 restaurants du groupe, via une prestation de travail rémunérée. « L’industrie a un urgent besoin de ce genre d’initiative qui permet de développer la relève selon les standards et les besoins de notre secteur », se félicite Valérie Houde, directrice ressources humaines et associée chez Restos Plaisirs.

Premiers résultats satisfaisants

L’idée n’est pas neuve. En novembre dernier, Fierbourg avait par exemple appliqué la formule au programme Réception en hôtellerie. Le concept a séduit les élèves et conquis leurs accompagnateurs. « La première cohorte a terminé sa formation, la seconde a débuté en janvier. Même si nous avons dû apporter quelques ajustements, la formule est, dans l’ensemble, très satisfaisante », confirme Mélissa Laflamme.

Persévérance scolaire, goût d’apprendre, valeurs entrepreneuriales, …, les avantages d’une telle insertion dans la réalité professionnelle sont nombreux. « La rémunération est sans doute le facteur le plus intéressant pour les élèves, avoue la directrice de l’établissement. Et c’est aussi l’un des principaux avantages de cette formule : nous permettre de répondre de manière concrète aux appréhensions des élèves qui craignent de ne pas pouvoir concilier études et emploi. »

Après une formation initiale de 115 heures, les élèves découvriront donc les coulisses du Cochon Dingue, du Ciel ! Bistro-bar ou du Lapin Sauté. Déjà partenaire de Restos Plaisirs dans le cadre de précédents projets, l’École hôtelière Fierbourg a notamment été séduite par la diversité des établissements du groupe, par leur localisation, mais aussi par l’intérêt qu’il porte à la formation de ses employés.

« On sent que ça fait déjà partie de leurs valeurs, indique Mélissa Laflamme. Pour nous, il est important que l’entreprise adopte une logique pédagogique, qu’elle soit prête à accepter que dans cette formule, l’élève débarquera avec un bagage plus mince et moins d’acquis que s’il se présentait dans le cadre d’un stage final. »

Changement d’habitudes

Depuis plusieurs mois, différentes voix se sont élevées pour réclamer davantage de collaboration entre l’industrie des HRI et l’univers de la formation. Mais malgré quelques discours et initiatives intéressantes, les actions concrètes se font encore rares.

« Ce n’est peut-être pas dans les habitudes de ces deux milieux, analyse la directrice. Mais je pense que dans l’actuel contexte de pénurie, les choses changent peu à peu. En tout cas, chaque fois que j’ai frappé à une porte, elle s’est ouverte ! S’il est si compliqué de mettre sur pied un plan global, à l’échelle provinciale, c’est sans doute parce que les réalités de Fierbourg et de la ville de Québec ne sont pas celles de Montréal, de l’ITHQ ou du Saguenay. »

En attendant d’accueillir de nouveaux étudiants en Service de la restauration, les responsables de l’École hôtelière Fierbourg songent à implanter cette formule entrepreneuriale dans d’autres formations. « On offre 18 programmes, qui vont du domaine de la santé à l’horticulture et au tourisme, tempère la directrice. On ne pourrait pas, demain matin, modifier tous ces programmes. Mais on réfléchit, on analyse, on tente de voir quels programmes d’études pourraient adopter un tel modèle. »

 » » » Relisez notre dossier « Cherche étudiants désespérément »

(Sur la photo (de gauche à droite), André Boisvert (directeur adjoint de l’École hôtelière Fierbourg), Mélissa Laflamme (directrice de Fierbourg), Stéphanie Lemieux (Conseillère pédagogique à Fierbourg), Valérie Houde (directrice ressources humaines et associée chez Restos Plaisirs), Nancy Cloutier (conseillère ressources humaine chez Restos Plaisirs). Crédit photo : Tactic Marketing)
 
 
Pour suivre l’École hôtelière Fierbourg :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.