Faire payer plus cher l’utilisation d’ustensiles ou de contenants « verts » ?

17 avril 2019 - Par Pierre-Alain Belpaire

Faut-il faire payer aux consommateurs l’utilisation de couverts, d’emballages ou de contenants compostables ou biodégradables ? C’est la question que se posent bien des restaurateurs, parmi lesquels les responsables de la chaîne Louis, installée à Sherbrooke. Dans un large dossier de Radio-Canada Estrie, le propriétaire de la bannière, Pierre Ellyson, explique qu’en vue d’un prochain virage vert, il a décidé d’interroger directement ... ses clients. Et les résultats sont des plus clairs : 92 % des répondants ont affirmé dans un sondage en ligne être prêts à payer de 7 % à 9 % de plus pour un repas servi dans des contenants et ustensiles compostables et/ou biodégradables.

« Une caisse de 1 000 fourchettes en plastique coûte à peu près 14 $. La caisse de la même fourchette en fécule de maïs compostable coûte entre 48 et 55 $. Donc, vous voyez l’énormité. Il y a une grosse différence. À la fin de l’année, ça paraît dans la marge de profits », assure Pierre Ellyson.

Appelant tout de même à analyser avec prudence les résultats de ce sondage (« Les gens qui font l’effort d’aller répondre, ce sont des gens qui ont plus à cœur de sauver la planète, qui veulent encourager cette pratique-là »), Jean Roy, professeur et directeur du Département de marketing de l’Université de Sherbrooke, estime que « si les gens voient un écart de prix trop élevé, ça risque de freiner le changement ».

Contacté par notre rédaction, Pierre Ellyson n’a pas tenu à répondre à nos questions.

Découvrez le dossier complet sur ici.radio-canada.ca.

(Photo prétexte pexels)

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.