Faire la lumière sur les ampoules fluo-compactes

Partie 1

18 juin 2008 - Par Réal Migneault

Les ampoules fluo-compactes sont-elles si économiques ? Sont-elles si écologiques ? Quels sont leurs dangers pour la santé des exploitants et
employés de l’hôtellerie et de la restauration ?

La quantité d’information offerte sur les ampoules fluo-compactes, les incitatifs mis en place pour les utiliser, de même qu’un projet de loi à venir en vertu duquel le gouvernement canadien souhaite bannir les ampoules incandescentes d’ici 2012 donnent l’impression que les questions au sujet de la valeur éco-énergétique et écologique des ampoules fluo-compactes sont réglées.

Or, pour plusieurs, il existe encore des zones d’ombre qui mériteraient un certain éclairage. Voici ce que vous devriez savoir avant de changer votre système d’éclairage actuel.

L’ampoule fluo-compacte gagnante de l’efficacité énergétique ?

Les différentes études le prouvent, les lampes fluorescentes compactes (LFC) consomment 75 % moins d’énergie que les ampoules conventionnelles pour offrir une même puissance. De plus, elles durent de 8 à 10 fois plus longtemps, soit plus de 6000 heures ou environ cinq ans.

Suivant ce raisonnement, en remplaçant les ampoules incandescentes traditionnelles par des ampoules fluo-compactes, on devrait économiser, réduire notre consommation d’énergie, donc réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) nécessaires à la production de l’énergie, et
rendre disponible l’énergie économisée.

Or, des voix se lèvent et prétendent que les économies d’énergies ne sont pas si grandes qu’elles ne le paraissent. Leur argumentation est simple : les vieilles ampoules incandescentes utilisent 10 % de l’énergie pour éclairer et l’autre 90 % est transformé en chaleur. Cette chaleur permettrait que les systèmes de chauffage se déclenchent moins vite, ce qui créerait une économie d’énergie. C’est l’essence de ce qu’affirmait
François Cloutier, candidat à la maîtrise en environnement à l’Université de Sherbrooke, lors de l’émission La vie en vert, diffusée à Télé-Québec.

Dans cette même émission, Mario Laquerre, coordonnateur du secteur Industries, commerces et institutions (ICI) chez RECYC-QUÉBEC, répondait que, selon lui, le calcul ne tient pas la route puisque les ampoules ne sont pas faites pour chauffer.

Selon M. Laquerre, il faut plutôt travailler à maximiser l’efficacité de l’éclairage et du chauffage avant de compter les ampoules comme source de chauffage. En fait, la quantité de chauffage générée par une ampoule incandescente serait négligeable.

Comparaison des coûts Ampoule électrique à incandescence de 60 watts LFC à incandescence de 15 watts portant le symbole ENERGY STAR
Coût initial (a) 0,50 $ 6,99 $
Puissance lumineuse (lumens) 800 800
Durée de vie (en heures) 1000 9000
Ampoules électriques de remplacement (b) 8 × 0,50 $ = 4,00 $
Frais d’électricité (cycle de vie) (c) 9000 heures × 60 W × 0,08 /kWh = 43,20 $ 9000 heures ×15 W × 0,08 /kWh = 10,80 $
Coût total (pour la durée de vie) (a+b+c) 47,70 $ 17,79 $
Économies 29,91 $

Source : Office de l’efficacité énergétique du Canada
http://oee.nrcan.gc.ca/energystar/francais/achat/faits_de_base_leclairage.cfm?attr=4#chart

La santé des employés est-elle menacée ?

L’utilisation des ampoules fluo-compactes ne comporterait pas de risque majeur pour la santé si on prend certaines précautions. Le site de l’Office
énergétique du Canada propose une section questions et réponses qui présentent les mesures à mettre en place afin d’assurer la santé des personnes qui manipulent les ampoules fluo-compactes, principalement en cas de bris. On y conseille notamment d’ouvrir les fenêtres et de porter des gants pour ramasser les morceaux.
http://oee.nrcan.gc.ca/energystar/francais/achat/
questions-reponses.cfm ?attr=4

Or, au moment d’écrire ces lignes, nous apprenions qu’une étude récente menée par des chercheurs de l’Université de Toronto conclut que l’interdiction des ampoules à incandescence au Canada, fixée pour 2012, est « insensée ».

Selon cette étude, le jour où ces ampoules disparaîtront au Québec, les ménages québécois devront en demander un peu plus à leur système de chauffage en saison froide pour jouir de la même température. En effet, l’apport en chaleur de nos bonnes vieilles ampoules incandescentes est loin d’être négligeable, conclut l’étude.

Pour tout commentaire ou suggestion, n’hésitez pas à me contacter
à l’adresse real.migneault@developpementdurable.ca

Dans le prochain numéro

  • La suite : Nous discuterons plus amplement de cette étude torontoise pour le moins déstabilisante pour tous ceux qui avaient mis leurs espoirs dans les ampoules fluo-compactes.
  • Les ampoules fluo-compactes, un déchet dangereux...
    Si elles semblent présenter des avantages sur le plan écoénergétique, les ampoules fluo-compactes restent un déchet dangereux. Or, aucune solution conviviale pour disposer de ces déchets n’existe actuellement. Dans le prochain numéro, nous vous parlerons notamment de Recyc-Fluo, un nouveau programme qui devrait fournir une solution à ce problème.

Dans cette édition

Poème sur le sourire à afficher dans vos locaux, proposé par l’auteure Monique Lallier
Recettes aux algues
Démystifier les normes d’hygiène et salubrité
WorldHotels
Le Québec se débranche, c’est l’ère de l’Internet ambiant !
Les algues, aliments de l’avenir ?
L’accueil à l’hôtel et au restaurant
Satisfaction 101
Le service des glaces et des sorbets
Sept étapes pour attirer une équipe de rêve
Gérer les allergies alimentaires
Terry Faulconbridge
Alimentation : c’est la crise !



PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.