Don : « Chaque fois l’impression de faire un petit pas pour la planète »

10 juillet 2019 - Par Marie-Ève Garon

  • Ouverture officielle : 1er juin 2019
  • Nombre de places assises : 50 en salle-en-manger, 30 en terrasse
  • Propriétaires : Yanick Parent (Bello, La Bûche et Peppe), Pierre-Olivier Gingras, Luc Ste-Croix, et Anne-Marie Grenier (chef)
  • Style : Cuisine végane
  • Design : Loca Design

Depuis quelques semaines, l’équipe du restaurant Don, situé dans le local du défunt Brigantin dans le Vieux-Port de Québec, s’active à changer les mentalités et à défaire les mythes, un plat végane à la fois. La chef autodidacte Anne-Marie Grenier, dont le bar santé Véganeville lui a valu de gagner en notoriété, souhaite ainsi casser l’image souvent négative d’une cuisine végétalienne trop sage, peu goûteuse et loin d’être gourmande.

« Les gens croient, à tort, que lorsqu’on est végane, nous ne mangeons que de la luzerne, des graines et de la salade, note Anne-Marie Grenier. Mon but est de contribuer à faire changer les mentalités. Dans la plupart des restaurants, les options végétaliennes sont peu nombreuses ou tout simplement inexistantes. Nous avons voulu créer un menu, avec des plats copieux, qui reflète une tout autre réalité : carbonara, dumplings, risotto, tartare de betteraves… » L’entrepreneure estime que cette démarche lui permet d’avoir un impact réel sur l’environnement, elle qui a choisi ce mode de vie voici près de quatre ans. « Chaque fois que quelqu’un mange un de mes plats, j’ai l’impression de faire un petit pas pour la planète. »

Embellir le monde

Même si sa carte exclut toute forme de produits d’origine animale, le Don ratisse large puisque l’engouement pour ce type de cuisine ne semble plus réservé à une clientèle en particulier. « Chaque associé dans l’entreprise possède un grand réseau de contacts, dont plusieurs souhaitent diminuer leur consommation de viande. Ça a rapidement contribué à bâtir une partie de notre clientèle locale. » Elle croit aussi que le positionnement de l’enseigne favorise un grand achalandage touristique. L’adresse se retrouve par ailleurs sur l’application Happy Cow visant à repérer les établissements véganes et végétariens à travers le monde. « Comme il y a très peu d’endroits avec une offre comme la nôtre dans la région, où on peut prendre un verre et festoyer, c’est avantageux pour nous de devenir une sorte de référence pour les touristes et également pour les gens d’ici. » L’équipe en cuisine développera sans doute quelques plats sans gluten dans le futur, mais elle préfère actuellement se concentrer sur sa mission végane.

Le décor qui se veut chic et urbain, création de Loca Design, participe à créer un lieu moderne où l’ambiance feutrée et confortable semble réinventer l’image surfaite souvent associée au mode de vie des adeptes du véganisme. « Nous avons aussi un mur de graffitis à l’effigie des animaux de notre enfance. C’est un petit clin d’œil ludique pour sensibiliser la population aux mauvais traitements qu’on leur réserve. » La chef précise toutefois qu’elle et ses associés ne souhaitent en aucun cas être moralisateurs puisqu’ils sont conscients que c’est une démarche bien personnelle que chacun effectue à son rythme.

Même si elle nourrit de grandes ambitions quant à son avenir, Anne-Marie Grenier souhaite se concentrer sur son mandat actuel avant de faire des plans de développement. « Je n’ai pas fait une croix sur Véganeville. Yanick a aussi plusieurs projets dont la sandwicherie Peppe qu’il vient d’ouvrir sur le chemin Saint-Louis. Certains de mes plats véganes (signés Don) se retrouvent également sur la carte du Peppe et du Bello. Je suis confiante qu’un pas à la fois, nous allons tracer notre voie dans ce marché en pleine expansion. »

(Crédit photo : Facebook / Don Vegan)

Don , 97, Sault-au-Matelot, Québec :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.