brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Distillerie Comont : du grain à la bouteille, avec une touche mexicaine

 
3 mai 2021 | Par Delphine Jung
Crédit photo: Distillerie Comont

Il faut désormais compter sur un nouveau joueur dans l’industrie des spiritueux au Québec. Deux anciens élèves de l’Institut de Tourisme et d’Hôtellerie du Québec (ITHQ) se sont lancés dans la production de gin et de « tequila » à Bedford, en Montérégie : bienvenue à la Distillerie Comont.

Samuel Gaudette a été diplômé en 2015 en gestion de la restauration, et Vanessa Cliche en gestion touristique en 2012. Après un parcours dans différents établissements de restauration pour le premier et dans le prêt-à-porter pour la seconde, le couple s’est lancé dans la production de spiritueux. « C’est sûr que nos études nous ont servis, notamment tout ce qui touche à la gestion et aux ressources humaines. Finalement, tout est transposable à d’autres domaines », indique Vanessa.

L’idée de Comont ne vient pas de nulle part. Samuel rêvait depuis longtemps de distiller ses propres spiritueux. Lorsqu’il achète avec sa conjointe une maison à Saint-Hyacinthe, il se fait approcher par une distillerie du coin et commence à travailler pour eux. Vanessa, quant à elle, continue de gérer le marketing et la logistique de l’entreprise de prêt-à-porter Quartz Co. Mais au bout d’un moment, le diplômé de l’ITHQ veut se lancer, mais « selon ses valeurs », c’est-à-dire en utilisant des grains québécois pour fabriquer ses spiritueux.

Le local est trouvé à Bedford, le plan d’affaires ficelé, mais il lui fallait une aide. Vanessa lâche donc son emploi et se lance avec lui dans l’aventure, prête à apporter ses compétences en logistique, vente et marketing. Comont est né. La genèse du nom ? « On voulait un nom qui faisait penser aux grandes maisons, comme Cartier par exemple. Puis on a fait un mélange entre les mots "collaboration" et "mont", car on s’est installés dans les Cantons-de-l’Est (réputé pour ses petites montagnes) », détaille Vanessa.

Tequila et prêt-à-boire

Aujourd’hui, le couple est fier de compter parmi la dizaine de fabricants de spiritueux qui utilisent des grains québécois, et de Montérégie surtout. « Notre gin est herbacé avec des notes d’agrumes. On a essayé de travailler avec des aromates moins connus comme le clavalier d’Amérique et le sumac », explique Samuel.

Mais le couple ne se contente pas de faire du gin, il se lance aussi dans la production de spiritueux d’agave. Impossible au Québec de le nommer « tequila », car c’est une appellation d’origine contrôlée. Et de toute façon, le goût est un peu différent. Le distillateur prévient : « Il ne faut pas s’attendre à boire de la tequila forte. On est sur des notes plus légères, plus délicates, fruitées, avec une note saline ».

Dans la mouvance des prêts à boire, ils ont même lancé une canette : le cocktail Paloma de Comont a eu les honneurs des goûteurs de la SAQ est il est déjà disponible sur ses tablettes. « C’est notre alcool mélangé avec du vrai jus de pamplemousse, d’orange sanguine, de lime et de sirop d’agave importé du Mexique », détaille Vanessa.

Leur travail leur a déjà valu quelques prix, comme la médaille d’argent de l’International Spirits Challenge pour leur spiritueux d’agave, alors qu’ils ne sont en affaires que depuis l’automne 2020. « On est vraiment contents de l’accueil qu’on a eu dans la région et on a hâte de voir la réaction des gens quand ils boivent nos produits », dit Vanessa. Ils attendent donc le 13 mai, date à laquelle ils proposeront une visite de la distillerie suivie d’une dégustation.

Pour suivre la Distillerie Comont :

Mots-clés: 16 Montérégie
Alcool
Produits du terroir
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).