Deux jeunes matelots à la barre du mythique Capitaine Homard

 
7 janvier 2020 | Par Marie-Ève Garon

Après 19 ans aux commandes du Capitaine Homard de Sainte-Flavie, le maître des lieux, Alain Bellavance, cède sa place. Deux jeunes Rimouskois, Nicolas Horth et Laurence Marquis, prendront ainsi, le 1er avril prochain, la relève de l’institution bas-laurentienne qui inclut un restaurant, une poissonnerie et un terrain de camping sur lequel on retrouve également quelques bâtiments locatifs. Jusqu’à la remise officielle des clés, le dynamique duo s’affaire à connaître les rouages de l’entrepreneuriat afin de jongler avec les aléas de ce métier qu’il apprivoise à vive allure.

« Malgré ses études en actuariat, Nicolas travaillait déjà depuis sept ans au Capitaine Homard, note Laurence Marquis. Il a commencé en bas de l’échelle pour finalement agir en tant que serveur, gestionnaire et comptable. » La nouvelle propriétaire a, pour sa part, étudié en gestion et design de mode dans la métropole, tout en évoluant dans le domaine de la restauration. « C’est un univers que nous connaissons très bien tous les deux », précise-t-elle.

Quand les astres s’alignent

Les amis de longue date caressaient depuis un certain temps le rêve de démarrer leur propre entreprise. Lorsque l’opportunité de prendre les rênes du Capitaine Homard s’est présentée, ils l’ont saisie sans hésiter. « La fille d’Alain Bellavance est une de nos amis. Le bouche-à-oreille a fait en sorte que j’ai été informée du projet qu’il avait de vendre son entreprise touristique et de se diriger vers la retraite. Il en avait par ailleurs discuté avec Nicolas. » En mai 2019, la décision de se lancer dans l’aventure est prise et les négociations commencent.

La jeune femme reconnaît que la transparence et le bon vouloir de l’homme d’affaires ont facilité le processus transactionnel s’élevant à près de 850 000 $. « La recherche de financement représente probablement l’aspect le plus stressant. C’est une très grande entreprise, il a fallu aller chercher de gros montants et une bonne mise de fonds. Mais dans l’ensemble, les choses se sont vraiment bien déroulées. »

Un vent de fraîcheur

Conscients de la solide réputation dont bénéficie l’enseigne, Nicolas et Laurence ne souhaitent guère changer une formule qui a largement fait ses preuves, mais envisagent toutefois de la bonifier avec notamment le développement d’une offre de prêt-à-manger en épicerie. « Nous voulons aussi construire une terrasse afin d’attirer une clientèle locale et peut-être un peu plus jeune, en visant les 25-35 ans. » Selon la Rimouskoise d’origine, il y a énormément de possibilités en termes de développement, mais le concept en tant que tel restera le même. « Nous allons assurément développer davantage le nom et la marque de l’entreprise. »

À l’avenir, les deux entrepreneurs sont prêts à relever leurs manches et à ne pas compter les heures, notamment au cours de la période estivale. « Nous sommes très fiers de ce projet. C’est notre première entreprise, les défis ne manqueront pas, mais je ne suis pas inquiète. Nous travaillons bien et très fort. Cette aventure est vraiment motivante ! »

(Photo fournie par le Capitaine Homard)

Pour suivre le Capitaine Homard :

Mots-clés: 01 Bas-Saint-Laurent
Restauration

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).