brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Des restaurateurs en difficultés à cause de la grève chez Exceldor

 
8 juin 2021 | Par Sophie Poisson
Crédit photo: St-Hubert

Le restaurant Chez Georges à Chicoutimi se demande s’il aura du poulet cette semaine. Les enseignes Benny&Co et St-Hubert ont également de la difficulté à s’approvisionner. Ce sont tous des clients de l’usine d’abattage de volaille Exceldor de Saint-Anselme, où une grève sévit depuis le 23 mai. « Tous les plats de poulet que nous offrons sur le menu sont des poulets d’Exceldor et nous ne sommes plus capables d’en recevoir en raison du conflit. Je multiplie les démarches pour en trouver chez d’autres fournisseurs, mais ils servent leurs clients en premier », a fait savoir le copropriétaire du restaurant Chez Georges, Sandy Laforge, en entrevue avec Le Quotidien.

De son côté, l’enseigne St-Hubert s’approvisionne à 40 % chez Exceldor et à 60 % chez Olymel. « Quotidiennement, toutes nos équipes doivent contrôler l’ensemble des commandes. On manque environ 20 à 25 % des quantités voulues pour nos restaurants. Juste pour [ce] lundi, on doit couper les commandes de 50 % pour nos restaurants », a déploré le président du Groupe St-Hubert, Richard Scofield, en entrevue à LCN.

L’enseigne Benny&Co a indiqué au Journal de Québec maintenir ses activités avec plus de 10 % de son approvisionnement amputé. Elle paie ses poulets plus cher auprès des autres fournisseurs et elle a entamé des pourparlers avec des fournisseurs hors Québec, mais toujours au Canada. La situation fait même craindre ceux qui ne sont pas clients d’Exceldor, comme Les Rôtisseries Fusée de Shawinigan, qui s’attend à des répercussions sur les prix.

Abattage à la ferme

Deux semaines après son déclenchement, la grève a entraîné l’euthanasie de plus de 500 000 volailles. « Il est déjà prévu que la cadence d’euthanasie à la ferme se poursuive à raison d’au moins 400 000 poulets par semaine. À noter que le maximum de volailles est déjà déplacé vers d’autres entreprises de transformation primaire au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick », a indiqué la direction de la coopérative Exceldor par communiqué.

La Fédération des producteurs d’œufs du Québec, les Producteurs d’œufs d’incubation du Québec, les Couvoiriers du Québec, l’Association québécoise des industries de nutrition animale et céréalière et les Éleveurs de volailles du Québec invitent Exceldor à trouver un moyen pour reprendre les activités d’abattage :

« Dans un contexte où les acteurs de la filière joignent leurs efforts pour offrir en continu, aux consommateurs québécois, la juste quantité de poulets élevés avec soin et répondant aux exigences de qualité, l’euthanasie humanitaire non essentielle d’oiseaux et le détournement de la viande vers l’équarrissage qui en découle sont préoccupants. »

Mots-clés: Québec (province)
Revue de presse
Approvisionnement
Restauration
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).