dark_mode light_mode
 

Des occasions d’affaires sont à saisir dans le métavers

 
26 mai 2023 | Par Geneviève Quessy
Crédit photo: Tourisme Montréal

Des entreprises de l’industrie québécoise du tourisme et de la restauration se mettent tranquillement à utiliser la réalité virtuelle afin d’être prêtes quand le métavers deviendra un environnement d’affaires incontournable. Déjà offerts à la clientèle du tourisme d’affaires, ces services pourraient bientôt être accessibles au grand public.

En octobre dernier, au salon du tourisme d’affaires IMEX America, à Las Vegas, Tourisme Montréal offrait aux planificateurs d’évènements de visiter Montréal virtuellement à son kiosque. Coiffés des lunettes de réalité virtuelle Oculus Quest de Facebook, ils se retrouvaient dans un monde en 3D à l’image de la métropole, où l’avatar d’un guide Guidatour leur faisait visiter la Ronde, le Vieux-Montréal et plusieurs hôtels, parmi d’autres attraits.

« Pour l’instant, il s’agit d’un univers en circuit fermé, créé par l’entreprise montréalaise Hoppin’, explique Dany Pedneault, directeur marketing de Tourisme Montréal. On doit avoir filmé 150 endroits en vidéo 360 degrés, intégrés à cette application de réalité virtuelle sociale. Les gens d’affaires peuvent voir les endroits comme s’ils y étaient et ainsi planifier leurs évènements. »

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Bien que le besoin de faire visiter les attraits montréalais virtuellement soit survenu durant la pandémie, au moment où se déplacer physiquement était difficile, la plateforme est rapidement devenue un outil de vente intéressant. Tourisme Montréal pense éventuellement le rendre accessible au grand public, les utilisateurs devant toutefois être équipés de lunettes Oculus.

« On est encore en développement. On reçoit de bons commentaires, mais on est encore en train d’aller chercher des retours et d’évaluer les retombées. On pense que cette technologie va évoluer très vite. On veut être prêts quand ça deviendra incontournable, mais sans se précipiter », nuance Dany Pedneault.

Bientôt le grand métavers

Si certains hôtels et restaurants peuvent souhaiter être présents sur des plateformes de réalité virtuelle en circuit fermé comme celle qu’a créée Hoppin’ pour Tourisme Montréal et l’Alliance de l’industrie touristique du Québec, d’autres peuvent vouloir avoir pignon sur rue dans le métavers. Ce monde virtuel est accessible à quiconque est équipé et permet d’interagir avec l’environnement ainsi que d’autres avatars.

Spécialiste de la réalité virtuelle et du métavers, Pierre Bellerose, cofondateur de MT Lab et président de HUB Montréal, pense aussi qu’il y a déjà des occasions d’affaires à saisir pour le secteur du tourisme et de la restauration, mais que la prudence est de mise.

« Pour une PME, ce n’est peut-être pas encore le moment, mais les plus gros joueurs, sans investir trop d’argent, peuvent déjà y mettre le petit orteil, précise-t-il. C’est bon d’y être pour se l’approprier, et quand ça sera le moment, être prêt. On s’attend à ce que Google et Apple lancent prochainement des lunettes beaucoup plus légères, qui vont rendre l’expérience moins pénible physiquement. Ça va se démocratiser et les coûts vont baisser. »

Intéressant, mais pas pour toutes les clientèles

De grandes chaînes d’hôtels, comme Accor ou Marriott, ont déjà des terrains virtuels dans le métavers. « Pour les restaurants ou les hôtels, il s’agit principalement de positionnement. L’entreprise peut acheter un terrain dans le métavers, situé idéalement près d’un endroit où il y a de la circulation, s’il y a une grande vedette de musique électronique pas loin, par exemple, ça sera très achalandé. On peut visiter les cuisines du restaurant ou encore livrer des produits : l’objectif est de donner envie d’acheter du poulet dans la vraie vie ! », image Pierre Bellerose. Après la visite d’un lieu dans le métavers, des chaines d’hôtels et des compagnies d’aviation offrent des points en récompense.

« Le métavers est surtout intéressant si on cible une clientèle d’hommes blancs ou asiatiques, entre 25 et 40 ans, car ce sont surtout les jeunes jouant aux jeux vidéo qui sont équipés. Pour une chaîne de restaurants comme La Cage ou Saint-Hubert, ça pourrait être intéressant, mais si vous avez une entreprise de logements pour personnes âgées, ce n’est peut-être pas un bon investissement », avertit Pierre Bellerose.

Le métavers évolue toutefois rapidement et se développe de façon organique, de nouveaux joueurs apparaissant tous les mois. Les usagers vieilliront, et équipés de leurs lunettes, pourraient vouloir visiter virtuellement une ville avant d’acheter leurs billets d’avion ou de réserver leurs chambres d’hôtel...

Mots-clés: Québec (province)
Technologie
HRI - Général

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).






arrow_right
Semaine #24
-6.18 %arrow_drop_down
0.01 %arrow_drop_up
-0.32 %arrow_drop_down
De quoi s'agit-il ?
Cliquez ici