brightness_4
brightness_4
Le média des professionnels de la restauration et de l'hébergement
PUBLICITÉ
 

Des cabanes à sucre à l’année

 
2 mars 2022 | Par Sophie Poisson
Crédit photo: Chili végan à l'érable et slush à l'érable / Crédit photo : Érablière Charbonneau

Alors que les salles à manger étaient fermées à cause de la COVID-19, l’Érablière Charbonneau au Mont-Saint-Grégoire, en Montérégie, a créé l’an dernier de nouveaux mets à consommer à l’extérieur. Une poutine de la cabane à sucre est depuis réalisée avec des frites, une sauce maison, du fromage, du bacon, de la saucisse et un œuf cuit dans le sirop d’érable. « C’est facile à faire, on retrouve le goût de la cabane à sucre et ça fonctionne vraiment bien, s’enthousiasme la propriétaire, Mélanie Charbonneau. Tellement qu’on la fait aussi au temps des sucres ! »

Poutine de la cabane à sucre / Crédit photo : Pierre Tisson

Un chili à l’érable s’est aussi ajouté au menu pour offrir une option végétalienne, tout comme un cupcake avec un glaçage au beurre d’érable développé par l’une des serveuses qui avait alors apporté son aide en cuisine pendant la pandémie. Le menu de la cabane à sucre s’est en plus retrouvé dans une formule spéciale Noël. « Tout le monde s’est entraidé l’an passé dans mon équipe, et je leur dois une fière chandelle parce que nombreux sont ceux qui ont élargi leurs horizons et essayé de nouvelles choses pour adapter notre offre », souligne Mélanie Charbonneau. Elle a même investi dans une machine à neige pour offrir de la tire à l’érable à l’année en extérieur.

Crédit photo : Domaine du sucrier

De son côté, la copropriétaire du Domaine du sucrier à Saint-Boniface, en Mauricie, Manon Shallow, explique avoir concentré ses efforts sur la rénovation des infrastructures et leur agrandissement depuis l’ouverture de sa cabane à sucre en 2015. « Des repas à l’automne, des petits mariages, des mets pour le temps des fêtes : beaucoup de choses peuvent être réalisées ! » Le nombre de places en salle à manger est passé d’environ 50 à 95. La boutique, qui propose entre autres du sirop et du beurre d’érable, a doublé de volume l’an dernier, et un espace d’entreposage et de travail a été créé pour les boîtes-repas qui peuvent être commandées de début février à fin avril.

Des boîtes qui prennent de l’ampleur

« La cabane à sucre n’était jamais sortie de la cabane à sucre. On achète les matières premières et on fait nos mets au complet. Ce n’est pas toutes les personnes qui font ça chez elles, et souvent, quand on aime une cabane à sucre, c’est qu’on aime ses saveurs », considère Manon Shallow, qui a notamment sa propre recette de saucisses.

Sa salle à manger est parfois pleine, et il est parfois plus facile pour les familles de partager un repas à la maison, et cela permet aussi de diversifier l’expérience. Sa fille Marie, qui en janvier 2023 reprendra l’entreprise avec son conjoint, compte proposer les boîtes et développer l’offre de l’établissement à l’année, par exemple avec de nouveaux produits à emporter et des repas thématiques.

Crédit photo : Pierre Tisson

Mélanie Charbonneau, qui rend déjà ses boîtes disponibles à l’année, pense qu’elles sont là pour rester. Cette année, elle a commencé à réserver une des trois salles à manger pour la confection des boîtes : « Il y a des gens qui préfèrent manger dans le confort de leur maison, sans avoir un temps limité à la table. Mais ça fait deux ans que les gens ne sont pas venus dans une cabane à sucre, donc le téléphone sonne aussi beaucoup pour les réservations en salle. »

La saison de fort achalandage se termine le 1er mai, et les boîtes deviennent alors accessibles uniquement les fins de semaine. En juin, avec la fin de l’école, l’achalandage est de retour, tout comme les disponibilités. Le « menu très copieux » du temps des sucres devient un « à la carte l’été », avec la possibilité de sélectionner quelques articles seulement - tels que les oreilles de crisse et la soupe aux pois - ou d’ajouter des articles au menu. « 80 % de notre chiffre d’affaires se fait au temps des sucres et 20 % sont reliés aux mariages, réceptions et casse-croûtes », résume la propriétaire de l’Érablière Charbonneau.

Crédit photo : Domaine du sucrier

Miser sur les activités extérieures

Sa boutique en ligne a été développée avec la pandémie, en complément de la boutique physique où les clients peuvent notamment acheter des tartes au sucre, des coulis et du caramel à l’érable. Le site internet permet à présent de faire des visites virtuelles en vidéo. Un onglet « Activités » met aussi l’accent sur les différentes options accessibles depuis le site, tant au temps des sucres - tire sur la neige et visite de l’évaporateur - qu’à l’année – mini fermette, sentiers pédestres ou encore aires de jeux extérieures. Les parents de Mélanie Charbonneau ont également un verger sur le terrain d’à côté, avec des poires, des pommes, des petits fruits ou encore des citrouilles qui peuvent entre autres se décliner en tourtières et tartes. Enfin, un parcours payant d’arbre en arbre est proposé aux visiteurs.

Ces différents attraits touristiques incitent la propriétaire à garder ouvert son établissement à l’année avec la possibilité de manger sur place, sur réservation, avec un minimum de 35-40 personnes. « Il va y avoir d’autres développements à l’avenir. On a un projet d’hébergement, ce qui devrait inciter des touristes à venir manger un repas des sucres ! », annonce Mélanie Charbonneau.

Du côté de Saint-Boniface, de mai à l’automne, quand il n’y a pas de réceptions prévues, des visites guidées des installations sont organisées pour parler de la production et faire goûter du sirop d’érable. On y trouve également une fermette et un coin feu, entourés par des sentiers dans 30 arpents de forêt. « Les clients ne sont pas bousculés chez nous parce qu’on est une famille avec une dizaine d’employés. On veut qu’ils vivent une expérience de dépaysement. » Elle évoque aussi l’aspect familial pour parler de l’attachement des clients, qui reviennent la voir chaque année pour présenter notamment un nouveau-né ou questionner son époux sur le sirop d’érable. Un temps qui est d’ailleurs plus privilégié en dehors de la saison, en plein été !

À lire aussi : Ma cabane à la maison ouvre son offre aux entreprises

Mots-clés: Québec (province)
Restauration
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2022 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).