brightness_4
brightness_4
Le média des professionnels de la restauration et de l'hébergement
PUBLICITÉ
 

Des besoins grandissants à La Table du Pain

 
7 octobre 2022 | Par Sophie Poisson
Crédit photo: La Table du Pain

Le comptoir alimentaire La Table du Pain de l’Université Laval a été fin septembre lauréat du gala Forces AVENIR, dans la catégorie Entraide, paix et justice. Alors qu’il vient en aide depuis 20 ans aux étudiants en situation de précarité financière, le nombre de bénéficiaires a explosé cette année.

« On voit qu’avec l’inflation, les demandes sont entrées beaucoup plus rapidement cette session », insiste Jean-Bernard Rousseau qui, en 2002, à titre de président du comité Conférence Marie-Guyart a créé le comptoir alimentaire et qui, aujourd’hui, agit à titre de conseiller. 504 étudiants ont déjà bénéficié des services de La Table du Pain depuis la rentrée scolaire alors que l’an dernier, le chiffre avait atteint les 400 environ en décembre et les 692 en avril dernier.

« On répond à toutes les demandes, affirme Ingrid Boutros, étudiante à l’Université Laval et présidente de La Table du Pain. On a donc augmenté le nombre de paniers remis chaque mercredi. » L’an dernier, au maximum 180 paniers ont été donnés et cette année, entre 200 et 300 seront prévus, sachant que mercredi dernier le nombre était déjà de 227. À noter que les besoins étant ponctuels, tous les bénéficiaires ne se présentent pas chaque semaine.

La Table du Pain ne prend pas uniquement l’étudiant en considération, mais tous les membres de son foyer. Ainsi, un couple recevra deux paniers et une famille en aura trois, en plus de produits dédiés comme des collations pour l’école. Ces informations sont recueillies lors de l’inscription qui se fait en ligne.

Par et pour les étudiants

Toutes les activités du comptoir alimentaire sont réalisées par des étudiants bénévoles, dont certains sont également des bénéficiaires. L’an dernier, ils étaient 125. « Le fait qu’il y ait cette sociabilité et cette sensibilité aux autres de l’ordre de la philanthropie, ça contribue à des valeurs de société que l’on veut mettre de l’avant, souligne Jean-Bernard Rousseau. Les étudiants ne viennent pas seulement pour des cours à l’université, mais aussi pour développer leur personnalité et leurs valeurs. Pouvoir s’entraider, je pense que c’est donc positif pour tout le monde ! »

Tous les mardis de septembre à avril, les bénévoles récupèrent la nourriture qui est remise aux bénéficiaires le lendemain. Le principal fournisseur est Moisson Québec. Il a remis 180 000 $ en valeur marchande lors de l’année scolaire 2021-2022. Enregistré comme organisme de charité, La Table du Pain complète les paniers grâce aux donations reçues tout au long de l’année, notamment via la Guignolée qui est organisée annuellement au mois de novembre. Il réussit aussi à obtenir des subventions et des bourses auprès de l’Université Laval ou encore de la Société de Saint-Vincent de Paul. L’an dernier, 70 000 $ ont ainsi été récoltés. D’autres groupes sur le campus, notamment à l’approche des Fêtes, se mobilisent pour apporter des denrées non périssables ou encore des vêtements d’hiver.

Une aide globale

Tout a commencé avec le programme Du pain s’il vous plaît. Une ancienne chargée de cours et membre de la Société de Saint-Vincent de Paul apportait 20 baguettes de pain et quelques morceaux de gâteau au bureau d’animation religieuse afin de venir en aide aux étudiants. En 2002, Jean-Bernard Rousseau a fait évoluer la formule pour répondre à des besoins qui étaient plus grands qu’une baguette, notamment en ajoutant des conserves et des céréales.

Depuis, la moitié de la salle où se trouve le comptoir alimentaire a été transformée pour servir un café et des collations dans le but de briser l’isolement. « Quand il y a un problème de précarité alimentaire, souvent, il y a d’autres détresses. On s’est aperçu que certains étaient déprimés ou s’enfermaient dans leur chambre quand ils n’étaient pas en cours. On a donc pensé à ce café pour enrichir leur réseau social et ça a beaucoup aidé ces personnes à reprendre confiance en elles », se réjouit Jean-Bernard Rousseau.

Il se dit encore à l’affût des besoins pour continuer de faire évoluer La Table du Pain. Il étudie par exemple la possibilité de mettre en place un projet qui permettrait d’offrir des vêtements chauds.

Mots-clés: 03 Capitale Nationale (Québec)
Communautaire
Distinctions
Services institutionnels
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2022 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).