brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Des PME et restaurants crient à l’aide gouvernementale

 
21 décembre 2021
Crédit photo: Mitchell Hollander / Unsplash

Deux regroupements qui représentent des petites et moyennes entreprises (PME) canadiennes et des établissements de restauration exhortent les premiers ministres du pays à offrir du soutien financier face à de nouvelles fermetures obligatoires et aux pertes d’affaires causées par les mesures sanitaires plus sévères liées à l’explosion de cas de COVID-19.

Dans une lettre conjointe adressée aux chefs de gouvernement qui est publiée mardi, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) et Restaurants Canada signalent d’abord que la forte crainte qui s’est installée au sein de la population fait en sorte que déjà, beaucoup de consommateurs restent chez eux, annulent des réservations pour des événements et font leurs achats en ligne.

Le texte insiste sur l’importance de la mise en place d’une aide financière. Les deux organismes affirment que les nouveaux programmes de soutien fédéraux ont une portée très limitée, la FCEI estimant que 80 % des petites entreprises ayant besoin d’aide n’y seront pas admissibles. La FCEI et Restaurants Canada demandent au gouvernement du Canada de réinstaurer la subvention salariale et l’aide au loyer afin qu’elles soient disponibles pour toutes les entreprises, indépendamment de leur baisse de revenu, jusqu’à un maximum de 75 % de subvention.

La lettre demande aussi au gouvernement fédéral de modifier les mesures de soutien en cas de confinement afin qu’elles soient accessibles aux PME forcées de réduire considérablement leurs activités ou leur capacité d’accueil. Les signataires souhaitent aussi qu’Ottawa offre des prêts additionnels et augmente à 50 % la portion pouvant être transformée en subvention. Ils demandent également que les nouvelles entreprises lancées après le début de la pandémie de COVID-19 soient admissibles à tous les programmes d’aide.

Québec réactive l’AERAM

Le gouvernement du Québec a pour sa part annoncer la réouverture du volet Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM) pour aider financièrement certains établissements, notamment les bars. L’ordre de fermeture annoncé à seulement quelques heures de préavis lundi vise à ralentir la flambée des cas de COVID-19 qui sévit dans la province. Ces établissements pourront à nouveau soumettre leurs demandes d’aide financière afin d’obtenir un pardon de prêt, octroyé dans le cadre du volet AERAM du programme Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises (PAUPME) ou du Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE).

L’aide offerte pourra aller jusqu’à 15 000 $ par mois en vue de couvrir les frais fixes admissibles. Les entreprises visées ayant déjà obtenu une aide financière dans le cadre de l’un de ces programmes pourront se prévaloir d’une procédure simplifiée afin de réactiver leur dossier. Par ailleurs, le gouvernement prolongera jusqu’au 31 mars 2022 le moratoire pour le remboursement du capital et des intérêts liés aux aides financières accordées dans le cadre du PAUPME. La réouverture du AERAM sera complémentaire aux différents programmes d’urgence mis en place, notamment ceux du gouvernement fédéral.

(avec La Presse Canadienne)

Mots-clés: Restauration
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2022 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).