Députés, que ferez-vous de vos bouteilles vides ?

24 mai 2018 - Par Alexandra Duchaine

Les 125 députés de l’Assemblée nationale recevront cette semaine une bouteille de vin vide. On cherche à leur rappeler la nécessité de mettre en place une consigne sur les bouteilles de vin et de spiritueux.

La Confédération des syndicats nationaux (CSN), le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Québec) et le Syndicat des Métallos (FTQ), qui dirigent la campagne Verre : la fin du gaspillage, entamée en décembre, sont à l’origine de l’envoi.

Les trois regroupements de travailleurs souhaitent par cette expédition surprise faire pression sur les décideurs québécois à la veille des élections. « Les députés sont invités à réfléchir aux moyens de recycler réellement cette bouteille, alors qu’aucun système de consigne n’existe au Québec et que les centres de tri peinent à traiter adéquatement le verre afin qu’on puisse y donner une seconde vie », indique la CSN dans un communiqué. Dans la province, seulement 14 % du verre déposé dans le bac bleu est recyclé, selon Recyc-Québec.

L’usine montréalaise de l’entreprise Owens Illinois, seul fabricant de bouteilles de verre sur le sol québécois, doit acheter à fort prix son verre dans le reste du Canada et aux États-Unis, alors que cette matière est envoyée dans les dépotoirs. Une situation « absurde », selon Dominic Lemieux, adjoint au directeur québécois des Métallos, dont le syndicat représente les travailleurs de l’usine de fabrication de verre Owens Illinois à Pointe-Saint-Charles. Utiliser du verre recyclé plutôt qu’en fabriquer du nouveau permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre, ajoute-t-il.

Les syndicats suggèrent d’implanter une consigne de 25 ¢ sur chaque bouteille vendue par la Société des alcools du Québec (SAQ), qui pourrait être remboursée sur la carte de fidélité de la société d’État lors du retour des contenants. « La SAQ dispose d’un réseau de distribution efficace, bien implanté dans toutes les régions du Québec, explique le président du SCFP-Québec, Denis Bolduc. Les camions se rendent pleins de bouteilles dans plusieurs points de distribution pour ensuite revenir vides vers les entrepôts. On peut penser un système de consigne intelligemment en tirant profit de l’extraordinaire réseau de distribution de l’entreprise d’État. »

Au moment d’écrire ces lignes, 14 179 Québécois avaient signé, sur le site de l’Assemblée nationale, une pétition réclamant la consigne et l’étude, en commission parlementaire, de l’enjeu du recyclage du verre.

Plusieurs restaurateurs et épiciers s’opposent à la consigne en raison d’un manque d’espace ou des coûts de gestion qu’elle viendrait engendrer.

Chaque année, 218 millions de bouteilles de vin et de spiritueux sont vendues à la SAQ. Le Québec est la seule province avec le Manitoba qui ne propose pas de système de récupération des bouteilles de vin et de spiritueux.

(D’après communiqué)

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.