Damien Delahaye : La grande recrue du Petits Creux

 
13 novembre 2020 | Par Pierre-Alain Belpaire

Originaire de France, installé sous nos latitudes depuis 2016, Damien Delahaye s’est fait un nom dans les cuisines du Fairmont Le Manoir Richelieu et de Chez Rioux & Pettigrew. Alors que les salles à manger de la Capitale-Nationale restent, pour l’heure, fermées, le cuisinier de 39 ans s’est lancé voici quelques semaines un nouveau défi en rejoignant les équipes du réputé bar à vin Petits Creux.

S’il avoue que les recettes et saveurs corses, chères au (très) coloré propriétaire Kim Colonna, lui sont « encore un peu inconnues », Damien Delahaye entend rapidement les découvrir et les magnifier. « Au début, je ferai toutefois confiance à mon bagage et à mes techniques, et j’y apporterai une certaine touche corse. Mon style ? J’aime faire des essais, sortir des codes, tenter de déstabiliser. Je déteste cuisiner ce que les clients peuvent faire chez eux. » La nouvelle recrue sait également qu’elle devra servir des assiettes à la hauteur de la sélection de vins exceptionnelle de l’établissement de l’avenue Cartier. « C’est un superbe challenge », s’enthousiasme-t-il.

Formé dans une école hôtelière de Seine-et-Marne, le chef a notamment fait ses armes, outre-Atlantique, aux Petit Bordelais, Chez Tante Marguerite et Sur un arbre perché, des restaurants aux profils très différents. « C’est comme ça qu’on apprend, sourit-il. J’ai occupé plusieurs postes, du garde-manger au chaud. On m’a donné de plus en plus de liberté et de responsabilités. Sur un arbre perché, c’est sans doute celui qui me correspondait le plus : une cuisine très intuitive, très créative, avec de beaux produits du jour. Et une clientèle très ouverte d’esprit. »

Au Petits Creux, Damien Delahaye, discret de nature, ne cherchera nullement à rivaliser avec la personnalité du maître des lieux. « Même si je peux avoir mon petit caractère…, confesse-t-il. Surtout quand je suis dans ma cuisine : c’est mon milieu naturel, mon chez-moi. »

Bien conscient de débarquer dans cette nouvelle maison au cœur d’une période des plus singulières, le chef souligne que la fermeture des salles à manger, qu’il espère, évidemment, « la plus courte possible », lui permettra de prendre ses marques au Petits Creux. « Je ne vous cacherai pas que tout ça m’inquiète tout de même et que je suis un peu déçu, précise-t-il. En attendant la relance, on tente de se démarquer dans nos boîtes en misant sur nos charcuteries maison. Et on patiente... »
 

(Crédit photo : fournie par TacTic Marketing)

Pour suivre le Petits Creux :

Mots-clés: 03 Capitale Nationale (Québec)
Portraits
Chefs
Nominations

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).