Comment choisir vos produits nettoyants pour la cuisine ?

4 mai 2014 - Par Redaction Carufel

Au moment de nettoyer la cuisine, vous devez être certains de l’efficacité de vos produits nettoyants, mais aussi qu’ils correspondent bien à vos besoins et qu’ils sont utilisés adéquatement par vos employés. Quels sont les critères importants à vérifier au moment de choisir la gamme de produits nettoyants pour votre cuisine ? Nous avons posé la question à quelques experts en la matière.

QUEL TYPE DE PRODUIT CHOISIR ?

L’armoire à produits nettoyants d’une cuisine devrait contenir les essentiels suivants :

  • Produits pour lave-vaisselle : additif de rinçage, détergent et assainisseur (pour les appareils à basse température).
  • Produits de trempage : trempage à ustensiles et détergent à chaudrons et vaisselle.
  • Produits d’entretien en cuisine : nettoyant à vitre, nettoyant à plaque et friteuse, nettoyant à four, assainisseur, dégraisseur tout usage, poli à acier inoxydable, agent détartrant, nettoyant neutre pour congélateur (pouvant être utilisé sous 0°C) et surtout le savon à main !

À propos des assainisseurs, il est important de rappeler que la règlementation du MAPAQ exige que ces produits soient rincés lorsque leur concentration est supérieure à 200 PPM¹. « Le rinçage est une étape que nous tentons d’éliminer, explique Éric Lamoureux, du Groupe BOD, car il cause souvent des problèmes d’innocuité ». En effet, le rythme imposé en cuisine fait en sorte qu’il arrive qu’un linge contaminé soit utilisé pour essuyer une surface, que le temps de contact de l’assainisseur ne soit pas respecté ou encore que le produit soit mal rincé. Ces situations peuvent entraîner une contamination chimique. Les assainisseurs prêts à utiliser et sans rinçage sont très populaires, car la qualité assainissante de ces produits reste active durant un minium de 6 mois, comparativement aux concentrés que le gestionnaire dilue lui-même, lesquels ne sont actifs que de 24 à 72 heures. Si le produit est certifié sans rinçage, c’est qu’il a une concentration constante de 200 PPM.

Les produits chimiques sont divisés en trois grandes familles, dont le pH² se calcule sur une échelle allant de 0 (pour les acides forts) à 14 (pour les bases fortes). Selon le type de surface que vous souhaitez laver, désinfecter ou assainir, il sera préférable de choisir le produit en fonction de son taux de pH.

CALCULER LE COÛT DE REVIENT

La seule façon de bien comparer les prix offerts par les différentes compagnies est de calculer le coût de revient des produits. Pour y arriver, il suffit d’appliquer la formule suivante : prix du produit ÷ nombre de litres ÷ taux de dilution. En effet, il est absolument essentiel de considérer ce dernier élément dans le calcul, sans quoi le résultat serait faussé.

PAR EXEMPLE :

  • Calcul du coût de revient d’un nettoyant à plancher à 20 $ pour un seau de 18,9 litres, dilué à 1/15 (une partie de produit pour 15 parties d’eau) : 20 ÷ 18,9 ÷ 15 = 0.0705 $/litre de produit dilué.
  • Calcul d’un nettoyant à plancher à 200 $ pour un seau de 20 litres dilués 1/200 : 200 ÷ 20 ÷ 200 = 0.0500 $/litre de produit dilué. Cela représente une économie de 40 % par rapport au précédent.

Pour un restaurateur, l’achat de l’ensemble des produits de nettoyage ne devrait jamais dépasser 1 % du chiffre d’affaires et devrait idéalement se situer entre 0,5 % et 0,75 % de ce dernier, dépendamment du type de restaurant.


LE TEMPS, C’EST DE L’ARGENT

S’il est important de calculer le coût de revient, il est tout aussi capital de considérer le temps qui sera nécessaire à vos employés pour les utiliser. À ce chapitre, deux éléments sont à prendre en compte : l’efficacité des produits et le temps de préparation qu’ils requièrent.

  • L’efficacité des produits sélectionnés

À vouloir diminuer le coût des produits au minimum, il se pourrait bien que vos employés aient à frotter dix minutes de plus pour arriver à un résultat satisfaisant ! Attention, la réduction du coût de vos produits en les diluant à l’extrême pourrait ainsi se traduire en une hausse de vos coûts de main-d’œuvre. À éviter !

  • Le temps de préparation des dilutions

L’opération se doit d’être précise si vous souhaitez obtenir les taux de dilution appropriés. Or, le temps que devra y consacrer un de vos employés doit être considéré dans le calcul du coût de revient de votre produit. Un moyen infaillible pour économiser sur les coûts de produits d’entretien est assurément l’utilisation d’une centrale de dilution automatisée. Ce système est offert gratuitement par la majorité des fournisseurs de produits de nettoyage. Si vous n’en possédez pas déjà une, renseignez-vous auprès de votre distributeur, car c’est la façon la plus facile d’économiser rapidement. Si vous en utilisez une actuellement, vérifiez avec votre fournisseur que vos taux de dilution sont bien respectés. Vous pourriez avoir une surprise !


RAPPEL : FORMATION SIMDUT 4 OBLIGATOIRE

La loi C-70, adoptée le 30 juin 1987, stipule que tout employé qui manipule des produits chimiques doit suivre une formation SIMDUT. Cette formation est offerte en ligne et est aussi dispensée par la majorité des fournisseurs de produits nettoyants. La CSST exige qu’un manuel de formation soit à la disposition du personnel pour assurer la transmission du savoir.


QUI DIT PRODUIT DIT CHIFFON

Il existe plusieurs sortes de chiffons sur le marché, mais l’un d’entre eux se démarque de la compétition par ses qualités désinfectantes. Il s’agit du chiffon CHIX SC, de Chicopee.

En fait, les linges de coton réguliers ont une charge ionique négative. Lorsqu’elle se lie à la charge ionique positive de la solution de nettoyage, les particules chimiques ou biochimiques censées nettoyer la surface demeurent emprisonnées dans le chiffon de coton.
Quant aux chiffons CHIX SC, qui ne sont pas tissés, ils permettent plutôt à la solution d’assainissement de libérer ses agents nettoyants sur la surface à nettoyer.

  • ¹ Parties par million d’ammoniums quaternaires
  • ² Potentiel d’hydrogène
  • ³ On utilise aussi les termes « alcalin » et « caustique » pour désigner les bases
  • 4 Système d’Information sur les Matières Dangereuses Utilisées au Travail

Dans cette édition

Les charcuteries de la mer
Devrait-on inclure le pourboire sur la facture au restaurant ?
Le germoir automatique EasyGreen™ du chef Frédéric Laplante
Équilibrer les coûts de main d’œuvre et les profits
Olivier Pellerin Lemay
Faits saillants de l’industrie des services alimentaires
Boire « Made in Québec »
Faites-vous le nécessaire pour être bon ?
Des chiffres qui parlent
Les lave-vaisselle
Est-ce qu’une concordance entre la vocation touristique et le produit immobilier est possible ?
Le marché des collations : Petits repas, grandes possibilités
Racines par Agostino De Riggi
Restaurants : utilisation de méthodes estimatives par Revenu Québec
Laurent Godbout
L’innovation, une activité qui se cultive…



PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.