Chez Alexandre & Fils célèbre ses 40 ans : « Et ne me parlez pas de retraite ! »

27 février 2017 - Par Pierre-Alain Belpaire

La célèbre brasserie parisienne de la rue Peel, Chez Alexandre & Fils, célèbre ses 40 années d’existence. L’établissement ouvrait en effet ses portes voici quatre décennies, sous l’impulsion de deux frères, Alain et Yvon Creton. Arrivés de France quelques années auparavant, les jeunes hommes souhaitaient, après diverses expériences montréalaises, « devenir leurs propres patrons ». « J’avais fait quelques économies en travaillant 8 jours sur 7, en cumulant deux emplois. Je ne sortais pas, je ne dépensais presque rien, se souvient Alain Creton. Je reste persuadé que, si avoir une bonne idée est évidemment important, économiser avant de la réaliser l’est tout autant. Cela vous amène à mieux connaître la valeur de l’argent et cela fait de vous un meilleur gestionnaire. »

Lorsqu’en 1977, les frangins apprennent que le Dupont & Smith est à vendre, ils n’hésitent guère. « Le prix me convenait. J’ai donc acquis 50 % des actions et racheté le reste quatre ans plus tard. Mais j’ai immédiatement rebaptisé l’établissement. » Chez Alexandre & Fils était né. Un nom typiquement français, qui suscite, encore aujourd’hui, nombre d’interrogations et de questionnements. « Ne cherchez pas d’explication familiale ou sentimentale, c’est simplement une idée de grandeur, une certaine convivialité aussi. Alexandre, c’est vous », sourit le patron.

Convivialité et courtoisie, élégance et excellence. « Je pense que ces termes résument bien notre philosophie. Si tu veux durer, tu dois fournir un service tout simplement irréprochable. » Le restaurateur souligne d’autres bonnes idées, qui ont permis à sa brasserie d’atteindre le vénérable cap de la quarantaine. « On offre une cuisine française traditionnelle, avec un esprit et des plats typiques (le foie gras, les huîtres, les grillades…), mais on n’a pas peur de les revisiter. Une autre de nos forces est d’être ouverts tous les jours, jusque 2 heures du matin. Le salon réservé aux fumeurs de cigares a aussi fait notre renommée. »

Pour durer, les Creton n’ont pas non plus hésité à innover. « Revamper, repenser, rénover, oui, mais sans changer l’âme de la place. » Ils ont également parfois pris d’énormes risques, contourné certaines barrières ou brisé quelques tabous. « Nous étions les premiers, en 1977, à employer des jeunes femmes dans notre bar. En 1982, la première bière en fût importée au Québec a coulé ici, Chez Alexandre ! Et la première barmaid de couleur engagée à Montréal ? Ici aussi ! »

Alors qu’au fil des ans, les restaurants et bars montréalais se sont multipliés (« Je ne pense pas me tromper en disant que tous les établissements qu’il y avait dans notre quartier en 1977 n’existent plus aujourd’hui »), Chez Alexandre & Fils est devenu une véritable institution. « Mais ne comptez pas sur moi pour prendre ma retraite. Je ne sais même pas ce que ce mot signifie. Je ne veux pas en entendre parler… »

(Crédit photo : Facebook)

Pour suivre Chez Alexandre & Fils :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.