Ces restaurants qui durent à Montréal

11 août 2016 - Par Catherine Maisonneuve

En 2014, l’Association des Restaurateurs du Québec (ARQ) créait l’émoi en publiant des statistiques sur le nombre de restaurants ayant pignon sur rue en ville. On y découvrait notamment qu’il y avait 26,8 restaurants pour 10 000 personnes à Montréal (soit plus qu’à New York et San Francisco). Mais en cette même année 2014, plusieurs fermetures ont fait grand bruit : Chez Magnan, Globe, Le Latini, Le Continental... Il n’en fallait pas plus que pour certains en concluent qu’il y a trop de restaurants à Montréal !

Toujours selon l’ARQ, cette surabondance de restaurants fait en sorte qu’il est difficile pour les établissements de survivre. La durée de vie moyenne d’un restaurant est de moins de trois ans à Montréal. Les ouvertures et les fermetures se succèdent, les restaurants « à la mode » changent à un rythme effréné. Résultat : au Québec, sur 100 restaurants qui ouvrent, 44 fermeront leurs portes au bout de trois ans, 30 après cinq ans et 15 au bout de dix ans.

Pourtant, quelques tables se démarquent. Malgré le temps qui passe et les modes qui changent, certains restaurants survivent, voire fonctionnent très bien, année après année. La liste est même tellement longue qu’il nous était impossible de tous les nommer. Voici donc une sélection de restaurants ouverts depuis plus de 10 ans à Montréal qui ont bien vieilli et qui, même, prennent du galon avec les années.

Leméac : 15 ans
Le restaurant installé sur la rue Laurier Ouest a ouvert à l’automne 2001 et fonctionne toujours aussi bien. On y va pour le brunch ou en fin de soirée, on mange au comptoir ou en terrasse. La recette du succès selon Maxime Saine, de la famille propriétaire : « La constance dans les plats et dans le service, l’équipe, le décor intemporel. » Le pain perdu figure ainsi sur le menu depuis … l’automne 2001 !


Crédit photo : Restaurant Leméac

Buonanotte : 25 ans
Cette institution de la rue St-Laurent à Montréal a ouvert en 1991 et se positionne comme une destination de divertissement et de gastronomie. Effectivement, en plus d’y manger très bien, le « Buona » a toujours été le repère des jetsetters qui veulent faire la fête. Le restaurant est d’ailleurs reconnu comme étant le premier « supperclub » de Montréal et la formule fonctionne toujours aussi bien aujourd’hui.


Le Buonanotte, installé à la même adresse sur St-Laurent depuis 1991 a revampé son décor pour souligner son 25e anniversaire.
Crédit photo : Patricia Brochu

Maestro SVP : 24 ans
Ouvert en 1992 sur la rue Masson, le restaurant de fruits de mer Maestro SVP a déménagé en 1994 sur la rue St-Laurent où il se trouve toujours. Ce qui fait sa renommée : leur très grande variété d’huîtres (une vingtaine par soir). La propriétaire, Illene Polansky, y est presque tous les jours et s’occupe personnellement de chaque client.


Crédit photo : Maestro SVP

L’Express : 36 ans
L’Express, bistro français établi sur la rue St-Denis depuis 1980, est « le classique des classiques ». Mais c’est justement ce côté classique et « figé dans le temps » – les plats, le décor et le personnel n’ont presque pas changé depuis l’ouverture – qui explique pourquoi il fonctionne aussi bien. On y retourne parce qu’on a une envie soudaine de bourgots, de s’asseoir au comptoir et de voir des visages familiers.


Claude Masson a travaillé à L’Express de 1981 à 2015.
Crédit photo : Xavier Girard Lachaine

Toqué ! : 23 ans
Le Toqué ! de Normand Laprise a ouvert ses portes en 1993. L’établissement est reconnu comme étant le premier restaurant dit « gastronomique » et haut de gamme de Montréal. À l’époque, ouvrir un restaurant de ce calibre était effectivement un pari risqué, alors que la ville de Montréal n’avait pas encore une identité culinaire très forte. Installé depuis 2004 dans son superbe local du Quartier des Affaires, le Toqué ! est, encore à ce jour, une table raffinée et sans faille qui cumule les honneurs.


Le chef Normand Laprise dans son restaurant Toqué !
Crédit photo : Béatrice Brocard

Tapeo : 10 ans
Ouvert en 2006 dans le quartier Villeray, le Tapeo bar à tapas est devenu, à travers les années, bien plus qu’un restaurant de quartier. La chef Marie-Fleur Saint-Pierre a depuis ouvert le Méson, un autre restaurant espagnol situé quelques rues plus loin.


Crédit photo : Restaurant Tapeo

Le Club chasse et pêche : 12 ans
Ouvert en décembre 2004 dans le Vieux-Montréal, ce restaurant s’est rapidement imposé comme une table de grandes occasions où l’on mange particulièrement bien. L’équipe demeure pratiquement inchangée depuis toutes ces années : Hubert Marsolais, Claude Pelletier en cuisine et Masami Waki en pâtisserie.


Crédit photo : Le Club Chasse et Pêche

Ferreira : 20 ans
Ouvert depuis avril 1996 sur la rue Peel, le Ferreira est considéré comme le premier restaurant de fine cuisine portugaise à Montréal. Une critique culinaire a récemment déclaré que le restaurant est aujourd’hui « meilleur que jamais ».


Crédit photo : Café Ferreira

Milos : 37 ans
Le Milos a ouvert en 1979 sur l’Avenue du Parc. Depuis l’ouverture de leur premier restaurant de fine cuisine grecque à Montréal, le groupe « Milos » a ouvert des franchises à Miami, Las Vegas, et Londres, entre autres.


Crédit photo : Milos Montréal

Chez Lévêque : 45 ans
La famille Lévêque a fait l’acquisition du restaurant La Lucarne sur la rue Laurier Ouest en septembre 1972. L’établissement est rebaptisé Chez Lévêque en 1996 et devient la première brasserie parisienne de Montréal. Ils sont également les premiers à installer une terrasse sur la rue Laurier en 2006. Cette terrasse rouge est maintenant devenue une marque de commerce pour le restaurant, de même que son menu, qui n’a pas changé depuis l’ouverture.


Crédit photo : Chez Lévêque

Il n’existe pas de formule magique pour qu’un restaurant fonctionne et se démarque à travers les années. Il faut savoir se renouveler et demeurer pertinent bien sûr mais aussi, et par-dessus tout, conserver l’aspect humain. Les restaurants qui durent ont une solide équipe, un personnel fidèle que les clients aiment revoir. Et derrière chaque restaurant à succès il y a, bien sûr, des propriétaires passionnés et dévoués.

Votre magazine HRI se penchera sous peu sur les établissements d’autres villes québécoises connaissant également une impressionnante longévité.

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.