LE COMMERCE DU TOURISME DE L’HÔTELLERIE ET DE LA RESTAURATION

Cas d’entreprise — Airbnb, fleuron de l’économie collaborative

25 août 2018 - Par Christian Latour

Le cas d’entreprise présenté sur cette page est en lien avec les cours :

Stratégie marketing (430-C02-ME) (H)
Stratégie marketing (430-C02-ME) (R)
Stratégie marketing (430-C02-ME) (T)

Airbnb, fleuron de l’économie collaborative [1]

Créé en novembre 2008 par deux étudiants américains (Brian Chesky et Joe Gebbia) à court d’argent, Airbnb est fondé sur l’idée du partage.

Pour joindre les deux bouts, ces étudiants ont profité de la tenue d’une conférence dans leur ville et de la pénurie de chambres d’hôtel pour installer trois matelas dans leur salon et les proposer à la location sur internet (pour en apprendre davantage sur l’Histoire de l’entreprise Airbnb).

Airbnb est une plateforme communautaire qui permet à des particuliers de louer leur propre habitation comme logement de courte durée et de monétiser facilement un espace inoccupé. Le site offre une plateforme de recherche et de réservation entre une personne qui offre son logement, que se soit un appartement, une villa ou une simple chambre, et un vacancier qui souhaite le louer pour une nuit, quelques jours ou plusieurs semaines. Les prix sont attractifs, la transaction rapide et l’interface très simple, proche de celle des médias sociaux. Initialement implantée dans les grandes capitales, Paris, New York ou Londres, l’offre Airbnb s’est progressivement diffusée à des lieux géographiquement plus spécifiques comme les destinations touristiques ou les villes de taille moyenne (comme Québec).

Il existe deux grandes formes de consommation collaborative : celle où l’on achète en commun un bien ou un service, pour obtenir le plus souvent une réduction des prix (comme le site Groupon) et celle où les gens se prêtent, se donnent ou s’échangent des biens ou des services plutôt que de les acheter. Airbnb s’inscrit dans la seconde approche. Malgré son ancrage dans la dynamique de partage et d’échange. Airbnb n’en est pas moins devenu une entreprise milliardaire, leader des sites de partage d’appartements. Cette économie du partage n’est pas synonyme de mise à disposition gratuite, mais elle met face à face l’offre et la demande, grâce à des transactions qui se font « de gré à gré ».

L’existence d’internet, l’essor du web mobile, le paiement en ligne et la notation réciproque des utilisateurs rendent cette désintermédiation possible. Elle s’appuie aussi sur l’analyse du big data qui sert de socle à des algorithmes de plus en plus puissants, et permet à l’offre et à la demande de coïncider en une fraction de seconde. Ces différents facteurs ont rendu la location de biens entre particuliers considérablement plus simple et conviviale.

Le modèle économique d’Airbnb repose sur une double commission : si mettre une annonce en ligne est gratuit, Airbnb prend une commission du côté de l’hôte (3 %) et du voyageur [8 %).

Le chiffre d’affaires de l’entreprise est estimé à un milliard de dollars. La plateforme propose plus de 800 000 annonces de logement dans 190 pays et plus de 34 000 villes. Plus de 11 millions de voyageurs auraient déjà réservé au moins une nuit avec ce service et le nombre d’utilisateurs aurait doublé en 2013 par rapport à l’année précédente.

Les hôteliers considèrent ce type de prestation comme une concurrence déloyale. Les utilisateurs du service ne sont pas soumis aux mêmes règles qu’eux en matière de fiscalité, de normes d’hygiène et de sécurité. Par ailleurs dans certains pays, les pouvoirs publics s’inquiètent des effets inflationnistes que pourrait avoir le service sur le marché de l’immobilier, certains propriétaires s’apercevant qu’il est plus rémunérateur de louer à des touristes qu’à des habitants. La ville de New York a d’ailleurs condamné en 2013 un particulier qui louait son appartement via Airbnb pour avoir enfreint la règlementation hôtelière.

Malgré les menaces juridiques et règlementaires entourant ce modèle économique, les entreprises se sont multipliées dans ce domaine (avec la plateforme Suisse Housetrip ou le français Sejourning), mais aussi dans d’autres activités avec le covoiturage (BlablaCar ou Drivy), les chauffeurs particuliers (UberPop) ou d’autres activités plus spécifiques comme le site La Machine du Voisin qui permet, comme son nom l’indique, d’aller faire sa lessive chez le voisin.

Articles pertinents concernant Airbnb

⇐ Cas d’entreprises (CE) — Stratégie marketing (430-CO2-ME)
⇐ Cas d’entreprises (CE) — Communication marketing (414-502-ME)

MÉDIAGRAPHIE

Manuel de gestion-réflexion / Christian Latour ☺

Pour communiquer avec Christian Latour :

• Sur Facebook : Christian Latour
• Sur Twitter : @Christian Latour
• Sur LinkedIn : Christian Latour MBA, Adm. A.

Notes

[1Ce cas d’entreprise est extrait de : Kotler, P., Keller, K., Manceau, D. (2015, p. 83-84). Marketing management. France : Pearson Édition.




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.