Blindé : Une première certification en sécurité hôtelière au Québec

30 août 2018 - Par Pierre-Alain Belpaire

Enseignant à l’ITHQ, Jean-Thomas Henderson s’intéresse notamment aux questions de service à la clientèle, de développement durable et de sécurité. Mais au fil de ses analyses, études et visites sur le terrain, le jeune professeur s’est rendu compte que ce dernier enjeu, pourtant majeur, était particulièrement mal maîtrisé. « Un fossé s’est créé entre la relève, formée et sensibilisée à l’importance de la sécurité, et les professionnels déjà bien installés, qui n’en font malheureusement pas toujours une priorité », confie-t-il.

Après avoir approché, voici deux ans, l’un des plus grands experts internationaux en la matière, Stefan Vito Hiller, Jean-Thomas Henderson a décidé de développer une certification en sécurité hôtelière, inspirée de la Global Lighthouse Certification mise sur pied par le célèbre conférencier allemand mais adaptée à la réalité québécoise. En collaboration avec Patrick Rochon, PDG de Preventia services conseils, il a donc conçu Blindé, première certification « sur-mesure » destinée aux hôteliers de la province.

Basée sur 125 critères « tirés des meilleurs standards et pratiques de l’industrie à l’international » et répartis en 13 catégories (sécurité nocturne , cybersécurité, protection des accès…), la certification Blindé « permet aux hôteliers d’avoir un audit indépendant et impartial de leur gestion de la sécurité, explique le cofondateur. La certification est renouvelable annuellement, car dans notre industrie comme dans notre société, tout va tellement vite, tout change. La réalité d’aujourd’hui ne sera très certainement pas celle de demain. »

Si elle n’a donc pas toujours constitué une priorité pour les professionnels, la sécurité est, depuis peu, une thématique « en vogue ». Suite à différents malheureux événements, les observateurs ont en effet noté une prise de conscience. Et la sécurité est devenue un sujet mobilisateur.

Impact financier

Surtout actif pour le moment dans la région montréalaise et du côté de la Capitale nationale, le duo Henderson/Rochon estime que son produit devrait toucher un public très large. Alors que plusieurs bannières et chaînes pourraient mettre en avant le fait qu’elles respectent déjà leurs propres pratiques en matière de sécurité, l’enseignant souligne qu’un nombre croissant de clients, et notamment les organisateurs de colloques et d’événements, exigent désormais des preuves et des avis extérieurs à l’établissement. Quant aux hôteliers et aubergistes indépendants, qui « malgré leur bonne volonté sont bien souvent dépassés par la complexité du sujet », ils devraient trouver, dans la certification Blindé, « toutes les réponses à leurs questions et inquiétudes ».

« Ils doivent surtout y voir un investissement plutôt qu’une dépense, poursuit Jean-Thomas Henderson. Les failles à la sécurité peuvent avoir un impact certain sur leur portefeuille. Pensons simplement aux poursuites intentées par des clients blessés. Le fait de posséder cette certification pourra également être un argument marketing de poids, qui permettra d’aller rejoindre une certaine clientèle, notamment américaine. »

Cet outil devrait surtout permettre de réduire le nombre d’incidents, qu’ils soient légers ou plus fâcheux. « On ne peut pas lésiner avec les questions de sécurité. Ce n’est pas un discours alarmiste ou paranoïaque, simplement un constat réaliste », conclut Jean-Thomas Henderson.

(Sur la photo : Patrick Rochon et Jean-Thomas Henderson. Gracieuseté)

Pour suivre Blindé :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.