Bernard Fortin

Entre l’ombre et la lumière

27 septembre 2006

Bernard Fortin, président-directeur général de l’Association des restaurateurs du Québec
(ARQ), est de tous les combats en restauration ! Il en a vu couler de l’eau sous les ponts, lui qui agit dans l’ombre depuis les années 1980. Avec les années, son pont s’est solidifié, s’est structuré, a pris des couleurs, SES couleurs. C’est maintenant lui qui le relie aux exploitants de services alimentaires et aux hôteliers, notamment aux membres de l’ARQ, l’association qu’il dirige depuis plus de 20 ans.

Mais comment Bernard Fortin a-t-il fait ses débuts à l’ARQ ? Il raconte : « À l’été 1985, alors que j’étais à
l’Association provinciale des constructeurs d’habitations du
Québec (APCHQ), un chasseur de tête m’a demandé de
prendre la direction de l’ARQ. À l’époque, ça ressemblait
un peu à un club amical ou à une confrérie. Il y avait quatre employés, tout près de 500 membres et beaucoup
de travail à faire sur le plan administratif. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils sont venus me chercher. Ils avaient besoin de quelqu’un qui avait
l’expérience des associations, car Jacques Landurie, le
président de l’époque, avait la ferme volonté de doter
l’ARQ d’une structure d’administration et de services
aux membres. »

L’ARQ a trouvé son homme ! Pour preuve, elle a franchi le
cap des 4000 membres cette année. D’aucune entente avec
des fournisseurs en 1985, elle est passée à 18 protocoles
d’entente, et l’offre de services ne cesse de se bonifier
d’année en année. Le secret de Bernard Fortin ? « Une association se gère de la même façon qu’une entreprise. On
doit répondre aux besoins de la clientèle, se coller à
sa réalité quotidienne, être une ressource efficace pour
les membres, mener à bien des dossiers qui apporteront
des bénéfices tangibles et l’amélioration des conditions
de travail. C’est pourquoi on relance nos membres tous
les trois ans par l’entremise de firmes de sondage et
marketing. Les résultats de ces études de marché façonnent
les orientations à venir. »

Plusieurs dossiers lui tiennent à coeur, notamment celui des qualifications professionnelles. « Tout le monde n’est pas fait pour être restaurateur, particulièrement
aujourd’hui où le marché est déjà bien rempli et où la
main-d’oeuvre qualifiée et disponible se fait rare. L’ARQ
fait des pressions depuis plus d’une génération auprès des
gouvernements afin qu’il y ait un processus de sélection selon les compétences effectué dès l’entrée dans la
profession. »

Un autre dossier chaud pour Bernard Fortin devrait
officiellement voir le jour l’automne prochain. Cela
fait un an et demi qu’il y travaille. À l’automne, l’ARQ
invitera ses membres à faire partie d’un regroupement
d’achat à l’échelle nationale, rien de moins !

Le côté givré de Bernard Fortin
Dans sa garde-robe, Bernard Fortin a plusieurs habits
d’homme d’affaires : l’homme d’affaire aguerri, conciliant,
négociateur, porteur de dossiers, lobbyiste, etc. Bernard Fortin est également un bon vivant et un humaniste
au grand coeur qui aime bien revêtir une paire de jeans et
une ceinture de travail. C’est un bricoleur hors pair. Il a
lui-même conçu, dessiné et construit trois des maisons
qu’il a eu, installant tant la plomberie que l ’électricité.
« Je joins l’utile à l’agréable, dit-il. Au fil de la vie, nos besoins changent et j’ai toujours pensé mes maisons en
fonction des besoins que j’avais lors de leur construction. C’est une façon pour moi d’exorciser mes soucis, de penser à autre chose et d’atteindre un équilibre. » Sa passion, il la vit pendant ses heures de loisir grâce à son immense talent dans le domaine. Il faut dire qu’il a plongé longtemps dans les dossiers de l’APCHQ, sans
compter qu’il a fait des études en architecture.

Que ce soit au travail, dans ses loisirs ou en famille, Bernard Fortin a appris à fusionner expérience, engagement et volonté d’agir. Il a su, au fil des ans, porter ses actions vers le succès et les résultats tangibles.
Demandez à ses collègues et à sa fille Marie-Lou qui travaille avec lui, ils vous diront que
Bernard Fortin est un homme de coeur et d’action !

Dans cette édition

Liste des formateurs accrédités par le MAPAQ
Interdiction de fumer depuis le 31 mai : une bonne chose selon les restaurateurs
Virage santé
KnowFat ! Lifestyle Grille
Ding dong !
Le compostage
Paradores de Turismo - Espagne
L’excellence en restauration, une question de service
Hygiène et salubrité
Cahier Faits Saillants 2006



PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.