brightness_4
brightness_4
Le média des professionnels de la restauration et de l'hébergement
PUBLICITÉ
 

Bars : la grève chez Molson Coors pourrait entraîner une pénurie de bière

 
2 mai 2022
Crédit photo: Veex / Pixabay

Des tenanciers de bars pourraient bientôt manquer de bière en raison de la grève déclenchée à la fin mars par les travailleurs de l’installation de Molson Coors à Longueuil, prévient le président de la Corporation des Propriétaires de Bars, Brasseries et Tavernes du Québec, Renaud Poulin. Ce dernier a indiqué avoir reçu des centaines d’appels de propriétaires de bars qui craignent de manquer de bière cette semaine, en particulier ceux des régions rurales de la province qui ont un contrat d’exclusivité avec Molson Coors.

« Ils pensent qu’ils vont devoir fermer leur commerce. Ça, c’est la grande inquiétude », a-t-il affirmé. Les autres producteurs de bière québécois privilégieront probablement les livraisons à Montréal et à Québec, où les bars sont concentrés, plutôt que de transporter des caisses vers des régions éloignées. « C’est une question d’économie pour les brasseurs », a poursuivi M. Poulin.

Dans une lettre adressée au ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, la corporation demande au gouvernement provincial d’assouplir les restrictions sur les ventes de bière et de laisser ses membres acheter des bouteilles d’autres points de vente au détail, pour les revendre dans leurs établissements. En vertu de la réglementation provinciale, les bars et les restaurants ne peuvent vendre que des bouteilles marquées spécifiquement pour la consommation sur place, contrairement à celles destinées à la consommation à domicile, qui sont vendues dans les dépanneurs et les épiceries.

Les propriétaires cherchent maintenant des caisses à l’extérieur de la province pour combler le vide laissé par les produits Molson, mais un approvisionnement limité de bière dans des bouteilles avec marquage pour la consommation sur place fait en sorte que de nombreux bars sont confrontés à une pénurie.

« Tout mouvement vers une résolution est au point mort »

Le 25 mars, 420 travailleurs de la nouvelle usine de brassage longueuilloise de Molson Coors ont déclenché une grève. Le porte-parole de Molson Coors, Frédéric Bourgeois-LeBlanc, a indiqué qu’un plan d’urgence pour livrer les produits aux clients était en cours, et que l’entreprise était en communication directe avec l’association des propriétaires de bars. « Comme toujours, notre porte est ouverte à la négociation avec les représentants des Teamsters. Il est important de mentionner qu’ils ont décidé de faire la grève sans même consulter notre meilleure offre, le 25 mars. Nous restons très déçus », a-t-il affirmé.

Le porte-parole de Teamsters Canada, Stéphane Lacroix, a indiqué que le syndicat n’avait pas eu de nouvelles de Molson et que tout mouvement vers une résolution était au point mort. « Pas de négociations, pas de contact. Rien. La direction s’est fait prendre à utiliser des briseurs de grève il y a quelques semaines, donc je suppose qu’ils ne sont pas trop satisfaits de la façon dont les choses se passent », a-t-il indiqué.

M. Poulin, propriétaire d’un bar sportif à Châteauguay, a souligné qu’il vivait personnellement le problème, sa clientèle étant moins satisfaite. « Les clients consomment moins. Ils restent moins longtemps. Ils ne sont pas contents, a expliqué M. Poulin, qui dirige le bar La Chope depuis 32 ans. Les clients de Molson sont tous allés chez Labatt », ajoute-t-il, mais les stocks du brasseur rival s’épuisent également au Québec, en raison de la grève de Molson Coors.

(avec La Presse Canadienne)

Mots-clés: Québec (province)
Approvisionnement
Restauration
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2022 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).