keyboard_arrow_up
 

Anne L. Desjardins

Porte-étendard de la gastronomie québécoise

Métier : journaliste et auteure
Spécialités : gastronomie, vins canadiens, tendances culinaires, nutrition et tout autre sujet lié au monde de l’alimentation et de la santé

 
8 décembre 2006

Il y a des gens que l’on décrit par le métier qu’ils exercent et d’autres qui, malgré un parcours intéressant, laissent une empreinte un peu plus personnalisée. Anne L. Desjardins est l’une de ces personnes qui marquent l’imagination par sa grande générosité, sa chaleur humaine et son amour de la vie.

Épicurienne depuis l’enfance
Anne L. Desjardins a grandi dans une famille où la nourriture occupait une place de choix. Son père travaillait à la SAQ et délivrait des permis d’alcool dans les épiceries et les restaurants. « Mon père était un expert en vin à une époque où c’était plutôt rare pour un Québécois de souche. Il était aussi un excellent cuisinier. Il passait un temps fou à me faire découvrir le monde de la cuisine. Lorsque j’étais à la petite école, il venait me chercher après les classes et m’amenait avec lui visiter ses amis chefs français ou italiens qui venaient s’établir à Montréal dans la foulée d’Expo 67 et il me traînait avec lui dans les épiceries ethniques et les boulangeries-pâtisseries françaises, raconte-t-elle. Ma mère, pour sa part, était très cultivée et avait des connaissances étendues en nutrition. » C’est ainsi que, très jeune, elle fut sensibilisée aux saveurs, à la variété, à la fraîcheur et à la qualité des produits alimentaires. « Chez nous, dans les années 1960 et 1970, on mangeait du yogourt nature, du homard, du chou rouge, de l’aubergine et des ris de veau. Je suis chanceuse d’avoir reçu ce si précieux héritage. »

Un parcours prédestiné
Après douze ans de musique classique, des études en droit et une maîtrise en études françaises, elle a travaillé pendant cinq ans dans le domaine juridique pour ensuite entrer comme journaliste-documentariste à Radio-Canada où elle a passé 20 ans. « Dans les années 1990, j’ai réussi, après trois ans de discussions, à sensibiliser mes patrons sur l’importance de parler de la nutrition et de l’alimentation. J’ai alors fait une série qui s’appelait Tout feu tout flamme. C’était à une époque où à peu près personne n’avait effleuré le sujet. » Cela lui a valu une reconnaissance et une crédibilité professionnelle sur le plan alimentaire et culturel qui n’a cessé de grandir depuis.

Ses fruits de la passion
Elle est maintenant pigiste. Depuis six ans, elle rédige des reportages hebdomadaires pour le journal Le Soleil, de Québec. Elle donne des conférences et signe également plusieurs articles en anglais et en français sur les vins et la nutrition dans des publications telles que Wine Access, Reader’s Digest, Anthony Dias Blue Wine Guide ou Paddling. À l’hiver 2003, elle a remporté la médaille d’or de la Fondation canadienne des relations raciales et un certificat d’honneur du ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration du Canada pour sa série Le sens de la fête mettant en lumière les différentes communautés culturelles au Québec et leur manière de conserver leur culture intacte grâce à la mise en valeur de leurs coutumes culinaires. À l’automne 2005, elle a également mérité le premier prix de Cuisine Canada et de l’Université Guelph pour le meilleur livre sur la culture culinaire canadienne pour son ouvrage Canada’s House, the invention of a Canadian Home sur Rideau Hall et sa passion pour les produits, la gastronomie et les vins canadiens. Elle travaille présentement à deux autres ouvrages. Le premier porte sur la vallée de l’Okanagan, son histoire et son évolution rapide vers une gastronomie de haut niveau et le second s’intéresse à la région de Québec comme capitale gastronomique. Ce livre, mettant à contribution une trentaine de chefs et de nombreux producteurs, porte sur le lien indéfectible qui les unit. Un autre devrait voir le jour prochainement sur l’héritage laissé par Serge Bruyère.

Au fil des années, Anne L. Desjardins a su cultiver une relation teintée de respect et d’amitié avec les chefs et producteurs artisans du Québec et du reste du Canada. Ses articles et conférences illustrent brillamment le travail d’hommes et de femmes amoureux de leurs produits, de leur métier et de leur terre animés par le désir de mettre en valeur ses campagnes, ses artisans et son savoir-faire culinaire. Par le biais de sa plume et de sa voix, elle transporte la richesse du Québec culinaire hors de ses frontières. Elle est sans contredit une ambassadrice culinaire exceptionnelle et nous lui devons une fière chandelle !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).