brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Alimentation : les produits polonais à l’honneur

 
19 avril 2022
Crédit photo: Robert Dion

La Pologne se présente comme un pilier pour l’Europe et une terre d’accueil pour les Ukrainiens, dont le territoire est envahi par la Russie. Bien que situé à l’est de l’Europe, notamment à l’est de l’Allemagne avec qui il partage une frontière, le pays a une place prédominante dans l’Union européenne qu’il a rejoint en 2004. Selon le Bureau Business France de Varsovie, en 2020, la Pologne était encore un grand pays agricole reposant sur une tradition et une culture paysanne fortes. Elle compte 1,4 million d’exploitations agricoles pour 14,7 millions d’hectares de surface agricole utile, et un cheptel total de 9,8 millions de têtes.

Les productions animales représentent 51,4 % de la production agricole en Pologne. Dans l’Union européenne, le pays est le 1er producteur de volaille, le 3e producteur de porc, le 5e producteur de lait et le 6e producteur de viande bovine, mais 2e exportateur puisque 90 % de sa production est exportée.

Une agriculture diversifiée

La Pologne est aussi l’un des producteurs majeurs de fruits et légumes au sein de l’Union européenne avec 4,3 M de tonnes de fruits, 4 M de tonnes de légumes de plein champ et 1,2 M de tonnes de légumes sous serre. Les produits phares sont les pommes, les fruits rouges, les prunes et les cerises pour les fruits, et les choux, les carottes, les oignons, les tomates et les concombres du côté des légumes. Le pays est également un important producteur de pommes de terre et de betterave à sucre.

La Pologne est un leader de la production des champignons blancs, avec un quart du volume de la production de l’Union européenne. Selon le groupe de fabricants et exportateurs polonais de champignons frais GL Group Spółdzielnia, plus de la moitié de la production des champignons blancs est envoyée à l’étranger, notamment en Allemagne, aux Pays-Bas, en France et en Grande-Bretagne.

Des similitudes entre pays

Du côté des boissons, la vodka est monnaie courante dans les restaurants, hors casse-croûtes. La Chopin, pour n’en citer qu’une, se consomme en shooter ou se retrouve en bout de table dans une bouteille sur glace. Elle se déguste à table comme les Québécois dégustent du vin.

La bière a aussi sa place. Selon les calculs de l’Office polonais central des statistiques (GUS), 40,93 millions d’hectolitres de bière étaient produits en 2018. L’année suivante, les brasseries artisanales ont lancé en moyenne six nouvelles bières chaque jour et une nouvelle brasserie a été créée chaque semaine. Au total, 2.457 nouvelles bières ont été créées par les quelque 500 brasseries sur le marché, soit 20 % de plus que l’année précédente. Les tendances que l’on voit au Québec se retrouvent dans le pays européen, notamment avec des bières sans alcool qui peuvent occuper des frigidaires entiers.

La Pologne, qui s’est libérée du régime communiste avec l’élection de Lech Walesa en 1990, en garde encore des traces, notamment lorsqu’elle se concentre sur un produit en particulier et en fait une spécialité. Malgré tout, elle a réussi à diversifier son offre et être assez autosuffisante en matière d’alimentation, tout comme l’est le Québec.

Des produits de classe mondiale

La Pologne offre différents styles culinaires : du traditionnel jarret de porc et des pierogis jusqu’au plus raffiné avec du tartare et du caviar dans le restaurant gastronomique du chef Robert Sowa, N31. En 2014, la Pologne se donnait dix ans pour devenir le plus grand producteur de caviar en Europe, écrivait l’Agence France-Presse. À l’époque, quelque 1 000 tonnes d’esturgeon nageaient dans la ferme piscicole Goslawice et l’exploitation piscicole Rus, dans le nord du pays.

La Pologne vit les mêmes soucis que le Québec avec la rareté de la main-d’œuvre, et met en place une immigration favorisée pour assurer la continuité des entreprises. Elle a des conditions climatiques similaires à celles de notre province et fait face aux changements climatiques. Elle est aussi touchée par les maladies animales, comme le virus de la grippe aviaire H5N8, mais reste très organisée pour y faire face - comme en témoigne le Forum de vente au détail et marché alimentaire.

La culture culinaire polonaise est de classe mondiale ; le saucisson polonais fait par exemple partie des produits réputés qui continuent d’être exportés. L’usine d’abattage Mokobody, qui dispose d’une certification halal, montre ainsi son ouverture au monde. Plusieurs restaurants réputés internationalement sont aussi établis sur place, tels que le restaurant Bottiglieria 1881 à Cracovie, qui a une étoile au guide Michelin.

Si notre secteur privilégie les produits du Québec, certains produits de niche d’importation peuvent être intéressants pour compléter, voire combler l’offre, notamment en cas de pénurie. D’ailleurs, le Québec exporte lui aussi son savoir-faire alimentaire et les standards sont de plus en plus similaires à travers le monde.

Le Salon international de l’alimentation (SIAL) Canada qui se déroulera du 20 au 22 avril au Palais des congrès de Montréal, sera l’occasion pour l’industrie canadienne d’aller à la rencontre de Meat from Europe qui sera présent au kiosque 2729. Cela sera aussi l’occasion de parler de la campagne d’information et de promotion d’une durée de deux ans Meat of European Quality, mise en place par l’Union des producteurs et des employeurs de l’industrie de la viande pour la promotion de la viande de porc et de bœuf réfrigérée ou congelée.

Mots-clés: Europe
Tourisme
Fournisseurs
Restauration
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2022 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).