Le quart de siècle des Quatre Matins

29 mars 2018 - Par Katherine Boisvert

 
L’Auberge Aux Quatre Matins célèbre 25 ans d’existence, dont 10 sous la même administration. Comment l’établissement de Saint-Côme a-t-il réussi à se maintenir durant toutes ces années ? La réponse avec Dominic Benjamin, devenu copropriétaire de l’établissement en 2008, à l’âge de 21 ans à peine.
 
 
Située au pied des pentes de la station de ski Val Saint-Côme (Lanaudière), l’Auberge Aux Quatre Matins ouvre ses portes en 1993 sous le nom Chez l’Aubergiste, sous l’impulsion du chef André Caron et sa partenaire Marie-Hélène Majeau. Elle est ensuite rachetée par un couple de Français qui la revendra en 2008.

L’établissement est alors repris par Dominic Benjamin, étudiant en Gestion hôtelière, et ses parents, Robert Benjamin et Claire Grenier. « C’était mon projet, mais mes parents ont mis leur maison en garantie pour que je puisse avoir mon commerce, se rappelle le jeune copropriétaire. Je peux vous dire qu’à 21 ans, quand on va cogner aux portes des banques pour avoir un prêt, elles sont un peu frileuses. Mais je suis la preuve vivante qu’à 21 ans, on peut être un bon entrepreneur. »

Même s’il travaillait dans le milieu de la restauration depuis ses 16 ans et dans l’hôtellerie depuis un an et demi, Dominic Benjamin reconnaît que posséder son propre établissement, c’est bien différent. « Quand j’ai acheté l’Auberge, je suis arrivé à pieds joints dedans : il y a eu des essais, des erreurs et beaucoup d’embûches », avoue-t-il.

Réussir en région

Pour Dominic Benjamin, le secret de la réussite, c’est de s’impliquer à 100 % dans l’auberge. « Il m’arrive de faire des chambres, je suis tout le temps à la réception, je fais le service et je travaille aussi en cuisine, explique le copropriétaire. Je parle tout le temps à nos clients, je les vois en permanence. Et je le répète sans cesse : nos clients sont nos invités. »

Pour tirer son épingle du jeu et se maintenir en région, Dominic Benjamin estime qu’il ne faut jamais cesser d’innover. « C’est sûr qu’une chambre, c’est une chambre. Même si elle est le plus moderne et luxueuse possible, ça reste une chambre pour dormir. Pour attirer la clientèle, c’est donc sur les à-côtés qu’il faut miser, souffle le copropriétaire. Il faut innover dans des secteurs un peu plus risqués, qui nécessitent des investissements. C’est grâce à ça qu’on arrive à se démarquer. »

C’est justement pour cette raison qu’à l’automne 2010, l’auberge a procédé à l’inauguration de ses bains nordiques et de son centre de massothérapie. « À l’époque, on a été la sixième auberge à avoir un spa complet au Québec, nos taux d’occupation ont doublé », se félicite Dominic Benjamin. Depuis quatre ans, l’établissement offre aussi une cuisine spécialisée en cuisson sur pierre volcanique, ce qui renforce son ambiance cocooning.

Robert Benjamin et Claire Grenier sont aujourd’hui à la retraite, mais demeurent très impliqués dans l’auberge, surtout lors des périodes plus achalandées. Le quatrième copropriétaire, Simon Hamel, conjoint de Dominic Benjamin, est en charge des bains nordiques et de la massothérapie.

Été comme hiver

Pour célébrer le double anniversaire de leur établissement, les copropriétaires ont entamé l’année dernière la rénovation de certaines chambres et salles de bain. Et si 70 % du chiffre d’affaires de l’Auberge Aux Quatre Matins se fait durant la saison hivernale, Dominic Benjamin compte augmenter l’occupation de l’auberge en misant sur la saison estivale. « Actuellement, les gens viennent pour la détente, mais aussi pour le ski et la motoneige, souffle-t-il. On veut maintenant promouvoir les petites activités pour que les gens découvrent Lanaudière en version estivale. »
 
(Sur la photo : Simon Hamel et Dominic Benjamin, copropriétaires. Crédit photo : Auberge Aux Quatre Matins)
 
Pour suivre l’Auberge Aux Quatre Matins :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.