Restauration : une année 2016 exceptionnelle ... sauf à Montréal

On se doutait que l’année 2016 des restaurateurs québécois risquait d’être aussi bonne que celle de leurs collègues hôteliers. L’indice ARQ, présenté ce mercredi, est venu confirmer ces attentes. Aidés par la faiblesse du dollar canadien et par une saison touristique fabuleuse, les restaurateurs présentent un bilan exceptionnel. L’ARQ indique qu’en moyenne, la croissance des ventes brutes a atteint 5,3 % pour l’ensemble de la province. Toutes les régions du Québec ont connu une augmentation de leurs ventes brutes d’au moins 3 % ... à l’exception de Montréal, au bas de l’échelle avec à peine 2,6 % de croissance (0,5 % en ventes réelles).

Les résultats de la métropole sont donc bien loin de ceux enregistrés par le Centre-du-Québec (+ 9% par rapport à 2015, 6,8 % en ventes réelles), la Montérégie (+ 7,8 %, 5,6 % en ventes réelles) et l’Abitibi-Témiscamingue (+ 7,7 %, 5,6 % en ventes réelles). La région Côte-Nord et Nord-du-Québec finit devant Montréal, au bas du palmarès.

L’Association des Restaurateurs du Québec souligne enfin que les ventes totales de toute l’industrie ont dépassé, pour la première fois en 2016, les 12 milliards de dollars (selon Statistique Canada).

L’indice ARQ est constitué des données de transactions enregistrées par carte de débit et crédit par les terminaux de points de vente d’un échantillon par région oscillant entre 30 et 50 restaurateurs avec service aux tables membres de l’ARQ. La croissance des recettes est obtenue à partir des variations des recettes pour une période déterminée (douze mois ou trimestre) de chaque établissement.

Pour suivre l’ARQ :
- Sur le Web : restaurateurs.ca
- Sur Facebook : Association des restaurateurs du Québec
- Sur Twitter : @ARQ_resto
- Sur LinkedIn : Ass. restaurateurs ARQ

Magazine
X