Réception en hôtellerie : Fierbourg donne la priorité au terrain

13 octobre 2017 - Par Pierre-Alain Belpaire

Afin que les formations professionnelles se rapprochent du monde de l’entreprise, le ministère de l’Education et de l’Enseignement lançait, voici plus d’un an, un appel à candidatures aux diverses commissions scolaires de la province. Parmi les quelques projets retenus, un seul touchait l’univers de l’hôtellerie : celui déposé par l’École hôtelière Fierbourg, à Québec. « Être ainsi sélectionnés était déjà, en soi, une excellente nouvelle et une belle reconnaissance, se réjouit Michel Barsetti, enseignant au programme Réception en hôtellerie à Fierbourg. Mais ça, c’était la théorie. Il nous restait à appliquer nos jolies idées. »

Le concept est simple : après avoir reçu une formation théorique des plus intensives durant les 38 premiers jours, les élèves se retrouvent, durant 400 heures, à la réception d’un établissement de la région de la Capitale nationale. Seule exception durant ces 15 semaines pratiques : tous les mercredis, les élèves sont attendus à l’École pour l’étude de cas spécifiques et inspirés de ce qu’ils auront vécu derrière leur comptoir d’hôtel.

« 400 heures de stage dans une formation de 735 heures, vous comprenez que c’est énorme, se réjouit Michel Barsetti. Jusqu’ici, les élèves passaient au maximum 200 heures sur le terrain. Mais si on veut que notre industrie survive et dans le contexte de pénurie que l’on connaît actuellement, il faut être prêt à innover. » Si les responsables de l’établissement ont saisi l’urgence de la situation, les hôtels semblent, eux aussi, l’avoir comprise. « J’avais 15 élèves à placer, j’ai contacté 15 établissements et tous, sans exception, ont accepté. C’est un signe qui ne trompe pas. »

Alors que le volet théorique de la formation touche lentement à sa fin, l’enseignant constate un réel engouement parmi les élèves. « On sent qu’ils ont hâte de découvrir leur nouveau terrain de jeu. 50 % de théorie et 50 % de stage, c’est une formule que la jeune génération apprécie fortement. On évite les redondances, les répétitions, pour aller dans le concret. On leur fait vivre des expériences professionnelles et ça leur parle, croyez-moi ! »

Ravi que « le monde de l’éducation et celui de l’entreprise parlent enfin le même langage », Michel Barsetti souligne qu’en matière de réception en hôtellerie, le chemin sera encore particulièrement long. « On part de très loin, soupire-t-il. Aujourd’hui, pour ces postes, beaucoup d’établissements québécois vont chercher du personnel à l’extérieur. Les candidats bilingues, souriants et compétents ne courent pas les rues. Mais il faut voir ça comme une chance inouïe pour nos jeunes. Tenez, le stage n’est même pas encore commencé que deux de nos élèves ont déjà été embauchés par “leur” hôtel. Avant-même d’avoir effectué une seule de leurs 400 heures de stage… »
 
 
(Sur la photo, le groupe du DEP Réception en hôtellerie. Première rangée, de gauche à droite : Nathalia Beaulieu (stage au Hôtel Québec Inn), Émily Breton (Four Points by Shératon Lévis), Jérémy Lalancette (Hôtel Valcartier), Sandrine Lussier (Hôtel Ambassadeur), Alexandra Lachance (Hôtel Château Laurier). Deuxième rangée, de gauche à droite : Michel Barsetti, Liane Lapointe (Enseignante au programme de Réception), Jacinthe Rondeau (Hôtel -Musée des Premières Nations), Édouard D’Anjou (Hôtel Pur), Sophie Mongrain (Hôtel Palace Royal), Jérôme Turcotte (Manoir du Lac Delage), Lixin Fafard (Hilton Québec), Guillaume Giordano (Hôtel et Suites Normandin), Alfred Razanajato (Hampton Inn by Hilton), Olivier Côté (Hôtel Le Concorde), Alexandre Da Silva Alves (Hôtel Le Lindbergh). Crédit photo : École hôtelière Fierbourg)
 
 
Pour suivre l’École hôtelière Fierbourg :
- Sur le Web : fierbourg.com
- Sur Facebook : École hôtelière Fierbourg

Magazine
X