Mondial des Métiers : Daphné Héroux, la force tranquille

4 octobre 2017 - Par Pierre-Alain Belpaire

1 200 participants, 75 pays représentés, un niveau de compétition extrêmement relevé, un public expert, un jury critique, des médias curieux… Le 44e Mondial des Métiers se tiendra à Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, du 14 au 19 octobre prochain. Organisés tous les deux ans, ces « Jeux Olympiques de l’artisanat », exclusivement réservés aux concurrents de moins de 22 ans, proposent, comme leur équivalent sportif, des dizaines de catégories, diverses et variées : mécanique, coiffure, design, soudure…

Dans la compétition de Pâtisserie/confiserie, le Canada sera représenté par Daphné Héroux, dynamique petit bout de femme de 20 ans à peine, sortie voici quelques mois du Centre de formation professionnelle Jacques-Rousseau de Longueuil. À une semaine du grand envol, la demoiselle affiche une étonnante sérénité. « J’ai vraiment hâte, lâche-t-elle dans un grand éclat de rire. Voilà des mois que je m’entraîne et je touche enfin au but. Ça va être toute une aventure ! »

Sélectionnée après d’intenses concours au niveau provincial (en mai 2016) et fédéral (en juin de la même année), la jeune fille originaire de Saint-Hubert a tiré une foule d’enseignements de ces premières étapes. Et pense notamment que son incroyable décontraction lui aura permis de « déstabiliser quelques concurrents ». « Je me suis amusée, j’ai profité de chaque instant et ça a apparemment fonctionné, glisse la pâtissière. À moi de reproduire le même schéma à Abou Dhabi. »

Les échelons québécois et canadien ainsi qu’un stage de perfectionnement à Manchester en mars dernier auront également amené Daphné Héroux et son coach, François Dubé, enseignant au CFP, à mettre le doigt sur la principale lacune de la candidate. « La propreté, ce n’était pas ma principale force, confesse-t-elle. Je m’éparpillais, j’oubliais de nettoyer ma table. Mais au Mondial, tout doit être parfait. Rien ne doit traîner, tout doit être rangé, les vêtements ne doivent pas être tachés… Ce sont des détails très importants à ce stade. Je pense avoir fait de gros progrès à ce niveau, mais est-ce que ce sera suffisant ? On verra ! »

Aux Émirats, la Québécoise affrontera 26 autres pâtissiers venant des quatre coins du globe. « J’en connais déjà deux, l’Anglais et l’Indien, que j’ai croisés à Manchester, souligne-t-elle. Au-delà de l’expérience, je veux profiter de ce voyage pour faire de belles rencontres et m’inspirer des autres cultures. » Aussi décontractée soit-elle, la demoiselle reste une compétitrice dans l’âme. « Je veux finir dans les dix premiers. Et si c’est un podium ou un top-5, tant mieux, souffle-t-elle. Mais attention, si je ne figure pas dans les 10, je n’en ferai pas une maladie. J’y vais pour prendre du plaisir et m’amuser. »

Plaisir et amusement : une formule qui a, par le passé, largement souri à Daphné Héroux. Voilà ses adversaires prévenus !
 
 
HRImag suivra pour vous les résultats du Mondial des Métiers et vous proposera, d’ici quelques semaines, les réactions post-compétition de notre représentante, Daphné Héroux.
 
(Photos : grâcieuseté de Daphné Héroux)

Magazine
X