Le jeune cuisinier qui parlait comme un vieux sage

« Je ne sais pas ce qui a le plus freiné les banquiers : mon âge ou le fait que je comptais ouvrir un restaurant. Sans doute la deuxième option… » Malgré ses 21 printemps, Christopher Dea fait preuve d’une incroyable maturité et d’un calme olympien. Il faut dire que le jeune homme présente déjà un parcours et une expérience des plus enviables.

Originaire de Chandler, le garçon développe très tôt une véritable passion pour la cuisine et la restauration. C’est donc tout naturellement qu’une fois son secondaire en poche, il quitte sa chère et natale Gaspésie pour rallier Québec et l’École Hôtelière de la Capitale. Un stage sur la Côte-d’Azur et une participation remarquée au Concours de la relève de la Fondation Serge Bruyère lui permettent d’intégrer les équipes de Marie-Chantal Lepage. « Je lui dois beaucoup », souffle-t-il humblement. Christopher travaille et apprend à ses côtés pendant près de quatre ans. Dans son restaurant de la rue Dalhousie d’abord, au Musée national des Beaux-Arts ensuite. « Grâce aux conseils et à la confiance du chef Lepage, je suis passé de commis à chef de cuisine. J’étais pas mal devenu son bras droit. Mais j’ai malgré tout décidé de la quitter en mars dernier. »

Alors que tout semble lui sourire, le jeune cuisinier choisit en effet, au début du printemps dernier, de mettre les voiles et de rallier « sa » Gaspésie. « Tant qu’à multiplier les efforts, tant qu’à accumuler les heures, autant le faire à mon compte, explique-t-il. Les locaux de la marina de Chandler accueillent depuis longtemps des restaurants, qui y restent quelques années. Le contrat du dernier locataire avait pris fin voici plusieurs mois et un appel d’offres avait été lancé. Mes proches, et notamment mon père, me l’ont signalé. J’avais toujours dit que je ne retournerais pas en Gaspésie, qu’y ouvrir un restaurant gastronomique était compliqué, voire impossible. J’ai changé d’avis. » À Montréal ou à Québec, le projet du jeune prodige se serait perdu dans la masse des innombrables nouveaux établissements. « J’ai compris qu’il serait plus simple de me lancer "chez nous", dans une petite ville où tout le monde ou presque me connaît et où la concurrence n’existe pas vraiment. »

Le 12 mai dernier, Christopher Dea et sa compagne Véronique inauguraient, dans un décor féerique, l’Attablé. À l’étage, un gastronomique au décor classe et minimaliste, « urbain et maritime ». Le menu, repensé et modifié aux trois semaines, proposera en tout temps cinq entrées et cinq plats. « Je ne veux pas uniquement travailler les produits de la mer, précise le chef. Je veux me faire plaisir et ne pas m’enfermer dans un style bien précis. » Au rez-de-chaussée, le couple a installé un café-sandwicherie. « Une offre complémentaire, saisonnière. On teste, on essaie, on verra bien. » Après quelques semaines à peine, les attentes du chef sont pleinement remplies. Et même dépassées. « Pour être tout à fait honnête, je suis même surpris du succès de l’Attablé, sourit Christopher. Ce qui me réjouit particulièrement, c’est de voir autant de touristes que de locaux dans notre restaurant. »

Malgré ce joli démarrage, le chef-propriétaire garde la tête froide. Et sait que le plus dur reste à faire. « Si malheureusement je devais rater mon coup, je pense que je suis assez jeune pour rebondir, lance-t-il avec aplomb. Je ne suis pas non plus fermé à l’idée de retravailler un jour sous les ordres de quelqu’un. Seul l’avenir nous le dira… »
 
 

(Crédit photo : L’Attablé/Facebook)
 
 
L’Attablé , 102-500 rue Ernest-Whittom, Chandler :
- Sur Facebook : Restaurant Attablé

Magazine
X