L’uniforme prend du galon !

26 septembre 2011

Choisir un uniforme pour son personnel d’hôtel ou de restaurant nécessite réflexion et planification. Car bien plus qu’un vêtement pratique, l’uniforme doit refléter l’image de l’entreprise et suivre les tendances de la mode.

Par Kathleen Michaud

Dans les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, se tailler une place dans le marché n’est pas chose facile. Pour se démarquer de la concurrence, il semble que choisir un thème attrayant attirerait davantage les clients qui, aujourd’hui, sont en quête de nouveauté. Un thème intéressant assurerait la fidélisation de la clientèle, car les gens se rendent là où ils se sentent bien. L’uniforme n’échappe pas au concept, puisqu’il doit être en harmonie avec le thème. C’est l’expérience globale qui aurait un impact sur la mémoire des gens...

Ainsi, tout comme l’architecture et le décor de votre établissement, le code vestimentaire se veut le reflet de votre image de marque et de votre philosophie d’entreprise. C’est pourquoi vous vous devez d’y réfléchir posément avant d’en faire l’achat.

Cédrick Leclerc, designer et président de La Maison Zaz, connaît l’importance d’une bonne évaluation de l’environnement avant de proposer un modèle d’uniforme à ses clients : « Nous avons un catalogue qui comprend plusieurs modèles et styles d’uniformes pour le milieu hôtelier. Mais lorsqu’un client souhaite personnaliser les siens, nous étudions sa vision, sa philosophie d’entreprise, son design intérieur, l’architecture de sa bâtisse et son historique, et à partir de notre recherche, nous concevons sur dessin un uniforme qui reflète tout cela. Si le client est intéressé à aller de l’avant, nous créons des prototypes, et ce n’est que lorsqu’ils sont approuvés que nous lançons la production. » C’est dans cette optique que M. Leclerc a créé les uniformes des Hôtels 71 et du Saint-Pierre. Et cette personnalisation plaît énormément au directeur général des deux hôtels, Martin Lamothe : « Le décor, le look de nos employés font partie de l’expérience que vivent nos clients. Plutôt que d’avoir un uniforme conventionnel, nous voulions quelque chose d’original, plus en harmonie avec nos hôtels, qui sont également différents. »

Voici quelques pistes de réflexion pour bien choisir les vôtres…

L’art de trouver le bon uniforme

Du polo avec le logo de votre entreprise au veston-cravate, le choix est vaste. Mais peu importe le modèle retenu, vos employés apprécieront un uniforme confortable et facile d’entretien. De nombreux employés de restaurant et d’hôtel ont besoin d’avoir une grande liberté de mouvement pour se pencher, s’étirer et répondre aux divers besoins de leurs clients. Leur uniforme doit donc être pratique et confortable. Aussi, avant de choisir une nouvelle tenue pour votre personnel, gardez ces quelques conseils en tête :

- Peu apprécient les jupes courtes, les vêtements très serrés et les shorts ;
- Les uniformes devraient être clairement distinguables, afin que vos
clients repèrent aisément les membres de votre personnel ;
- Prenez le temps de regarder les échantillons, de porter une attention particulière à la finition : une veste doit rester lisse, qu’elle soit boutonnée ou non ;
- Les couleurs foncées montreront moins la saleté que les couleurs pâles.


Dessin : Anick Dumont, No Limits Design

Les tendances de l’heure

L’uniforme n’échappe pas aux aléas de la mode… « Pour notre personnel de restauration, nous recherchons ce qui est à la mode, raconte Christian Veilleux, propriétaire des restaurants La Bête Steakhouse et Le Versa. Nous avons une clientèle qui apprécie le fashion. »

« Dans le secteur du service, on assiste à une nouvelle mode depuis quelques années, affirme Marie-Josée Benoit, propriétaire et designer des Créations Chef Tech. Les serveurs souhaitent des vêtements qui ressemblent à ceux de tous les jours. Les filles aiment bien les robes. Il n’y a plus de standards comme par le passé. Aujourd’hui, chaque restaurant veut se démarquer de la concurrence. On est donc loin de la chemise blanche et du noeud papillon. Le noir est présentement très en vogue. Si, il y a quelques années, on ne voyait pas de vestes noires en salle, elles sont maintenant très populaires. Le tablier aussi se réinvente : avec des bavettes un peu en diagonale, ou une coupe légèrement en biseau à la cheville pour le tablier à la taille. Filles ou garçons au service sont souvent en pantalon. Cette année, j’ai eu beaucoup de demandes pour des palazzos et des pantalons trois-quarts. Les filles veulent donc le confort du pantalon tout en ayant un look plus féminin. »

Cédrick Leclerc aime bien, quant à lui, proposer à ses clients des coupes plus ajustées : « Les employés des hôtels sont souvent à l’affût des tendances actuelles et ils apprécient être bien habillés au travail. Et même nos modèles en coupes ajustées sont offerts en tailles fortes, de manière à plaire à tous. »

Chez No Limits design, le défi est de continuer d’innover avec des modèles qui ont du style et de la valeur ajoutée, tels que des modèles élaborés (fronces à la taille, modèle deux en un, jolis détails différenciateurs) et des propriétés pratiques comme l’antitache et les tissus infroissables ou sans rétrécissement. « Ce sont ces valeurs ajoutées qui permettent aux établissements de se démarquer de la concurrence et de dégager une image bien définie », précise Anick Dumont, designer en chef.




Photos : © La Maison Zaz

Les choix de tissus

Il est important que l’uniforme ne rapetisse pas au lavage ni ne perde sa couleur. Cédrick Leclerc suggère donc un mélange de fibres naturelles et non naturelles. Voici ses recommandations, en fonction du vêtement choisi :

Chemises et blouses : coton et polyester (65 % et 35 %). Les boutons sont préférables aux fermetures éclair, car s’il y a un peu de coton dans le tissu, la chemise risque de rétrécir légèrement au lavage, mais pas la fermeture éclair. Et une fermeture éclair qui gondole, ce n’est vraiment pas beau !

Vestons, pantalons et jupes : mélange lainage et polyester. La fibre naturelle va absorber l’humidité tout en étant durable.

Pour plus de confort : tissus composés de 3 % de lycra (pour faciliter le mouvement).

L’entretien

Choisir des tissus durables et faciles d’entretien est primordial. Il est préférable d’opter pour des tissus qui n’exigeront pas de repassage et qui ne se déformeront pas au séchoir à linge.

C’est la durabilité, la capacité du tissu à subir des nettoyages fréquents qui aideront vos employés à se montrer sous leur meilleur jour au travail.

Photo : © No Limits Design

« Dans la vie de tous les jours, on suggère des matériaux en fibres naturelles comme le coton, la laine ou la soie, parce que c’est beaucoup plus confortable, dit M. Leclerc. Par contre, pour un uniforme, il faut penser en termes de durabilité, une caractéristique très importante dans le milieu de l’hôtellerie. » Le confort ne doit évidemment pas être négligé non plus ; lorsqu’un employé se sent bien, cela se reflète sur son attitude et le client en bénéficie.



Une des tenues de travail choisies par l’Hôtel 71 dans la collection de La Maison Zaz.


Photos : © La Maison Zaz

La qualité textile exceptionnelle utilisée chez No Limits design est à la base de sa collection. Selon Mme Dumont, La siro viscose qui est utilisée pour tous les tricots, soit les chandails et les robes, a été conçue pour donner un confort absolu (douceur et extensibilité) tout en ayant une durabilité de plus de 160 lavages !

Marie-Josée Benoit privilégie les tissus infroissables. « Les gens de la restauration travaillent très fort et ils ont bien peu de temps pour repasser leur uniforme. Aujourd’hui, on a accès à des tissus extensibles sans qu’on leur ait ajouté du lycra. C’est la façon dont la fibre de coton ou de polyestercoton est tissée qui la rend extensible. J’utilise ces tissus principalement pour les chemises et les blouses. »

Lorsqu’il a choisi les uniformes pour ses restaurants La Bête Steakhouse et Le Versa, Christian Veilleux a misé sur la qualité du tissu. « Comme les uniformes sont utilisés encore et encore, la qualité du tissu est très importante. Tout autant que la facilité d’entretien. Je ne choisirais jamais un vêtement qui nécessite du repassage, car ce n’est pas tout le monde qui est méticuleux et qui sait repasser. Et je ne crois pas que les employés apprécieraient payer pour du blanchissage chaque semaine. C’est pourquoi on essaie d’avoir, pour nos uniformes, des tissus qui sont 50 % naturels et 50 % synthétiques, afin qu’ils respirent bien et soient aussi faciles d’entretien. Quant à nos cadres, ils s’habillent avec leurs propres vêtements, de sorte qu’ils se démarquent aisément des serveurs. »

Et les chaussures ?

Rares sont les entreprises qui fournissent les chaussures à leurs employés, car comme le dit si bien M. Veilleux : « Le confort dans un soulier est quelque chose de bien personnel, alors nous n’imposons rien. Nous suggérons toutefois un style de modèle et de couleurs à nos employés. »

Même écho du côté de Martin Lamothe, qui demande simplement à son personnel de porter un soulier noir. « Nous recommandons aux voituriers qui doivent marcher beaucoup au cours d’une journée d’acheter des chaussures noires de style Puma. »

L’uniforme de chef

Très souvent, l’uniforme de chef est de couleur blanche, mais on le trouve aussi parfois en noir, surtout dans les restaurants modernes. L’avantage du noir, c’est qu’on ne voit pas les taches.

Il peut être avantageux d’avoir une veste avec un double croisé. Ainsi, on peut la tourner à l’intérieur si elle est tachée, ce qui est vraiment pratique quand le chef souhaite rencontrer les convives dans la salle à manger. D’autre part, un tel modèle offre également une protection supérieure contre les brûlures et la chaleur grâce à son isolation supplémentaire.

Mme Benoit suggère des pantalons faits de tissus légers et extensibles comme le polyester-coton. « Notre tissu est traité de manière à être antitache. Évidemment, dans une cuisine où il fait chaud, on utilise des boutons et non des fermetures éclair pour les vêtements, car ces dernières peuvent devenir brûlantes. » Elle propose aussi aux chefs des chapeaux légers pour travailler derrière les fourneaux. « Les chefs ont souvent une toque pour sortir en salle, mais comme elle est inconfortable pour travailler, ils préfèrent souvent un petit chapeau dans la cuisine ou même un filet. »

Solutions aux petits budgets…

Si vous n’avez pas les moyens d’investir dans des uniformes pour vos employés, faire produire des polos avec votre logo et demander à votre personnel de vêtir un pantalon noir peut être une bonne option. L’important, c’est l’uniformité, afin que votre clientèle repère facilement votre personnel.

Photo en tête d’article : © No Limits Design

Dans cette édition

À l’ordre !
Restos et hôtels passent au vert
Le Groupe Martin
Constance Tassé-Gagnon
Le CRU
Cafétérias d’école… et alors, ce virage ?
M’as-tu lu ?
Les entreprises d’insertion :
Groupe d’achats pour restaurants
Quelques groupes d’achats pour les restaurateurs québécois
Votre site Web :
Des stratégies pour gérer votre réputation en ligne
Ce que vos clients ne veulent pas voir dans votre établissement



PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

La Revue HÔTELS, RESTAURANTS & INSTITUTIONS est un magazine francophone qui offre de l’information de pointe sur le milieu HRI (hôtels, restaurants et institutions).