L’innovation est un avantage concurrentiel…

Par Diane Tremblay, chef, chargée de projet au Collège Mérici, MBA et DUGGAT¹
1er mars 2014

« L’innovation est féconde et créatrice de nouvelles richesses. »

- P. Schoen, 2006



À la suite d’une conférence que j’ai prononcée lors d’un colloque à l’ITHQ sur l’importance d’innover dans notre grande industrie, Sonia Carufel m’a demandé de partager avec vous mes réflexions sur l’innovation. C’est avec grand plaisir que j’ai accepté.

Loin de moi l’idée de prétendre connaître théoriquement le vaste champ de l’innovation. Par contre, je suis continuellement en quête d’idées nouvelles, en recherche constante pour l’amélioration des processus, en questionnement, en changement, dans le but ultime de satisfaire ma clientèle. J’aime « penser en dehors de la boîte ! » Certes, marcher en dehors des sentiers battus est plus difficile, mais n’est-ce pas là que nous voyons les plus beaux paysages ?

Je me qualifie de praticienne qui nage parfois en eau froide, laquelle s’est toutefois toujours réchauffée avec le temps. Pour cette chronique, je partagerai avec vous mes réflexions et mes pensées sur l’innovation, dans le même esprit.

Pour moi, l’innovation est un processus personnel et collectif, puisqu’elle part d’un questionnement, d’un changement souhaité et auquel le statu quo n’est pas une réponse acceptable. De nos jours, la business va vite, les occasions sont donc fréquentes. Notre industrie nage dans un marché en ébullition. L’offre est gigantesque, tout explose, de l’avènement des chefs à domicile jusqu’aux food trucks en restauration, et des auberges de jeunesse jusqu’aux résidences à temps partagé en hôtellerie. Les consommateurs ont le choix ! Les spécialistes en stratégie nous disent d’innover, de nous démarquer, d’améliorer notre service à la clientèle, de travailler sur la rétention du personnel, d’offrir des forfaits, de faire des alliances, et j’en passe. Que faire, comment le faire, quand le faire, où prendre les connaissances, les méthodes de travail, etc. ?

Il y a maintenant 30 ans que je travaille en restauration. Tout a débuté par mon questionnement professionnel : comment faire pour arriver à vivre ma passion pour la cuisine ? Un jour, j’ai eu la chance d’aller manger à la Table de Serge Bruyère. Le coup de foudre fut instantané. En m’assoyant, j’ai trouvé la réponse à ma question. Maintenant, comment y parvenir lorsque l’ITHQ ne retient pas votre candidature ? En acceptant de vous former différemment. En innovation, il faut savoir accepter les choses sur lesquelles nous n’avons pas de pouvoir et prendre un chemin différent pour parvenir à notre rêve.

Innovation = idéation

La première étape est par la formation d’idées. Bizarre ? Non, pas du tout. C’est une étape extrêmement importante ; nous devons nous faire une idée sur ce que nous voulons et avons. Ainsi, la différence entre les deux sera claire et nous pourrons travailler à chercher concrètement les solutions. Par exemple, lorsque j’ai eu mon premier restaurant, Le Chasseur, à Jonquière, je devais y mettre toutes mes énergies pour pouvoir m’exprimer culinairement parlant et afin que la clientèle l’adopte. Pour y arriver, j’ai lu énormément de livres et j’ai voyagé six semaines par année pour me former en Europe. Ces voyages m’ont ouvert l’esprit. C’étaient des moments inoubliables et je voulais que ma clientèle ait la même impression. Je réfléchissais sans cesse à comment me démarquer.

Idéation = créativité

Pour y arriver, je me suis dotée d’une philosophie culinaire basée sur les cinq sens. Je me suis imposé un cadre de création, c’était ma ligne de conduite. Cela m’a permis d’éviter l’éparpillement dans ma création. Ma stratégie commerciale devait suivre ; cette étape est délicate, ardue passionnante et insécurisante. Il faut savoir saisir les occasions, embarquer dans le train et ne pas rester sur le quai. La clé est la rapidité d’action. Plus l’idée est claire, connue et intégrée, plus la rapidité d’action sera possible.

Le succès, sous quelque forme que ce soit, apporte l’accomplissement personnel et entrepreneurial. Ces actions se déclinent en réalisations. Vous saurez que vous avez réussi lorsque votre clientèle vous attribuera la qualité que vous recherchiez. Votre innovation ne se mesure pas toujours à la grosseur de votre portefeuille, mais bien à l’atteinte de votre objectif.

En résumé, pour moi, l’innovation est l’addition de l’idéation, des rêves et des connaissances.

Je vous ai parlé de mon expérience personnelle sur l’innovation. Dans les prochaines chroniques, j’aborderai les concepts d’innovation, les méthodes d’innovation et les grands innovateurs de notre industrie.

- ¹ Diplôme universitaire de la gastronomie, du goût et des arts de la table, Université de Reims.

X