L’Auberge Jeunesse Magog-Orford entend « briser les tabous »

6 juin 2017 - Par Pierre-Alain Belpaire

- Ouverture officielle : 1er mai 2017
- Nombre de chambres : 5 dortoirs et 10 chambres
- Capacité totale : environ 50 visiteurs

Durant des années, le presbytère de Magog a accueilli et hébergé les Ursulines du couvent de Stanstead. Mais au départ de celles-ci, la mise en vente du bâtiment a provoqué l’émoi et le tollé au sein d’une grande partie de la population, particulièrement attachée à cet imposant bâtiment construit en 1891. Pour éviter de perdre ce petit morceau de patrimoine, différents acteurs locaux se sont réunis et ont réfléchi à la meilleure manière d’utiliser ces lieux. L’idée d’une auberge de jeunesse s’est rapidement imposée.

« D’une part, un tel projet ne nécessitait pas trop de rénovations et modifications ; d’autre part, on poursuivait ainsi, en partie, la mission de partage des Ursulines, on conservait d’une certaine manière l’esprit de communauté, souligne Romy Queneville-Girard, directrice-générale de l’Auberge Jeunesse Magog-Orford. La Fabrique de la paroisse Saint-Patrice est toujours propriétaire du bâtiment, nous n’en sommes que les locataires. »

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, l’auberge magogoise n’entend pas s’adresser uniquement aux plus jeunes voyageurs. « Tout le monde est le bienvenu : de partout dans le monde, de tous les âges. D’ailleurs, durant le premier mois d’exploitation, on a principalement accueilli des gens dans la cinquantaine », sourit la gestionnaire. Grâce à ses cinq dortoirs et ses nombreux espaces de rangement, l’établissement souhaite toutefois se spécialiser dans l’accueil des groupes et clubs sportifs.

Si le confort et l’esthétique priment généralement lors de l’aménagement d’un hôtel ou d’une auberge « classique », c’est bien le prix des séjours qui domine les discussions et réflexions dans le cas d’une auberge de jeunesse. « On doit garder en tête que ce sont ces prix bas, très abordables, qui font la particularité de notre établissement, rappelle la dirigeante. Mais nous n’avons pas pour autant négligé la qualité et la beauté des lieux. Bien au contraire ! Qu’on le veuille ou non, certains préjugés circulent toujours sur les auberges de jeunesse. À nous de démonter ces stéréotypes infondés, de briser les tabous. »

Ville prospère et dynamique, Magog attire chaque année des milliers de visiteurs et l’offre hôtelière y est déjà particulièrement intéressante. L’inauguration de l’auberge de jeunesse a pourtant été accueillie assez favorablement par les autres acteurs de l’industrie. La raison est simple : il n’y a pas d’offre d’hébergement similaire à Magog. « Et la seule autre auberge de jeunesse de la région, celle de Sherbrooke, a fermé ses portes voici plusieurs mois déjà, rappelle Romy Queneville-Girard. Quant aux citoyens, et notamment les résidents du quartier, ils se sont montrés très ouverts, très curieux. Ils sont soulagés de voir que le presbytère continue de vivre. »

(Crédit photo : Auberge de jeunesse Magog-Orford)

Auberge Jeunesse Magog-Orford , 111 rue Merry Nord, Magog :
- Sur le Web : aubergemagogorford.com
- Sur Facebook : Auberge jeunesse Magog-Orford
- Sur Instagram : aubergejeunessemagogorford

Magazine
PUBLICITÉ
X