François Beaudry

Quand l’adrénaline et la bonne humeur vont de pair !
20 février 2012

Par Hélène Demers

Avant de reprendre le chemin de l’école, François Beaudry s’est activé dans différents restaurants pendant huit années. Ce parcours lui aura sans conteste donné de solides assises !



À 17 ans, François Beaudry commence à travailler dans un restaurant La Belle Province. C’est ainsi que le jeune homme de Notre-Dame-de- Grâce découvre qu’il aime le travail en cuisine. Déménagé à Joliette, il devient rôtisseur au Saint-Hubert puis, pendant quatre ans, gérant adjoint de la cuisine. Il sera ensuite sous-chef à la Maison du spaghetti, puis superviseur au Boston Pizza. François prend vite conscience de sa grande soif de s’améliorer et du plaisir qu’il éprouve à travailler sous pression. « L’adrénaline d’un rush de cuisine, ça ne me fait pas peur, soutient-il. C’est ça que j’aime ; ça me stimule ! J’avais beaucoup de plaisir à travailler dans la cuisine, mais je ne voulais pas toujours travailler dans de grosses chaînes ; je voulais cuisiner de façon plus élaborée et exercer ma créativité. » Pourtant, François demeure indécis. C’est sa mère qui l’encourage à se perfectionner et à obtenir son diplôme d’études professionnelles (DEP) en cuisine. Il amorce donc ce programme d’un an en avril 2011 à l’Académie d’hôtellerie et de tourisme de Lanaudière. Parallèlement, il travaille comme sous-chef et chef au restaurant Flaveur, à Repentigny.

« En suivant mon cours, j’ai confirmé ma passion pour la cuisine. J’ai vraiment eu la piqûre et je sais maintenant que c’est ça que je veux faire ! »

Ce retour aux études répond entièrement à ses attentes. « Je réalise qu’il m’en reste encore beaucoup à apprendre, et c’est justement ce que je veux : apprendre, acquérir le plus de connaissances possible. » François reconnaît que les desserts constituent l’aspect qu’il doit travailler davantage, puisqu’il n’a pas eu l’occasion d’en confectionner dans ses emplois antérieurs et qu’il doit apprendre à maîtriser la délicate chimie des desserts. En revanche, la préparation et la cuisson de la viande sont sa spécialité. Toujours de bonne humeur, François Beaudry admet d’emblée avoir beaucoup de facilité à travailler en équipe. Ses qualités de leader ont d’ailleurs été soulignées quand il était superviseur et gérant adjoint, ce qui l’a encouragé à continuer dans cette voie. C’est aussi l’avis de son enseignant, Alain Rémillieux. « François est très positif et charismatique, et il sait emmener la classe avec lui. C’est très agréable d’avoir un gars comme lui dans un groupe. » M. Rémillieux souligne également la maturité et l’esprit innovateur de François. Toutefois, son enthousiasme lui joue parfois des tours. « J’ai tendance à me lancer partout en même temps. Parfois, je veux trop, et je dois apprendre à me modérer un petit peu », admet ce passionné de musique, qui chante et joue de la guitare.

Avec un collègue, François Beaudry envisage d’ouvrir un restaurant. « Nous commencerons par nous perfectionner et par mettre en pratique ce que nous avons appris. Ensuite, nous lancerons notre projet d’ouvrir un petit bistro. » Entre-temps, au cours des prochains mois, François tentera de s’illustrer dans différents concours. Il s’est inscrit aux Olympiades québécoises de la formation professionnelle et technique et aimerait être sélectionné pour participer au concours de la relève de la Fondation Serge-Bruyère. Avec toute la détermination qu’on lui connaît, François Beaudry est un nom à retenir !

Photo : © Atelier Photogenik

X