Daniel Gauthier

Fervent défenseur de la créativité, des arts et du tourisme régional
4 décembre 2012 - Par Hélène Demers

Il a cofondé le Cirque du Soleil et l’a fait rayonner sur toute la planète. Aujourd’hui, il poursuit sa voie avec grandeur et originalité ! Voici l’homme derrière le Massif de Charlevoix.



Né à Montréal, Daniel Gauthier affûte son sens des affaires dès l’âge de 10 ans en vendant, au coin de la rue, les végétaux que son père cultive en serres, puis à 12 ans, en préparant des potagers grâce aux équipements agricoles de son père. Cet artiste dans l’âme étudie en arts plastiques au cégep. C’est en travaillant dans une auberge de jeunesse, à Baie-Saint- Paul, qu’il rencontre Guy Laliberté et Gilles Ste-Croix. Sa collaboration aux Échassiers de la Baie et à la Fête foraine éveillera son goût du plein air, du showbiz et du divertissement. Cofondateur du Cirque du Soleil, il en est le vice-président aux finances de 1984 à 1990, puis le président jusqu’en 2001. « Le Cirque a véritablement changé ma façon de voir et de faire les choses. Si j’ai encore des idées de fou et si j’ai cette tendance à vouloir “réinventer” les façons de faire, c’est parce que le Cirque a laissé cette empreinte forte en moi », reconnaît le président du conseil d’administration et président du comité exécutif et de développement stratégique pour Groupe Le Massif.

En 2002, il acquiert le Massif de Charlevoix. Son but : en faire une destination touristique quatre saisons reconnue à l’échelle internationale. La vision et les valeurs de ce projet s’inspirent de celles du Cirque : innovation, volonté de créer un projet ouvert et inclusif à l’échelle humaine, créativité, dépassement, développement durable, envie de partager la culture et les talents d’ici… Dix ans plus tard, ce bâtisseur est fier de ses réalisations. La montagne a d’abord bénéficié de nombreuses améliorations et ajouts. L’acquisition du Chemin de fer de Charlevoix a ensuite donné naissance au Train du Massif, qui offre une croisière ferroviaire incomparable entre mer et montagnes. Enfin, l’Hôtel La Ferme a vu le jour. Cet hôtel-terroir est un lieu festif où l’art est partout au rendez-vous. L’interconnexion de ces trois environnements a doté la région d’une âme exclusive mettant en valeur sa beauté.

M. Gauthier estime que le Massif représente son plus gros défi en carrière, une aussi grande réussite que le Cirque. En plus d’engendrer des retombées économiques et sociales, le Massif contribue à faire connaître Charlevoix, même à l’étranger. Déjà, il planche sur la phase 1 du projet immobilier du Massif, laquelle comptera 500 unités d’hébergement. « Nous avons imaginé des chambres suspendues, d’autres à fleur d’eau, dans les arbres, ou dans des wagons... » Artisan visionnaire et homme d’affaires prudent, il développe ses projets en étant différent, original, et en évitant de suivre « la recette ». Son ambition : créer quelque chose d’unique, en harmonie avec le développement durable et la communauté. Il met donc à contribution ses nombreuses idées et toute une équipe de passionnés. Au quotidien, il doit faire face à la rareté de la main-d’oeuvre et au défi d’obtenir les appuis nécessaires à la réalisation de projets d’envergure. Dans ce dernier cas, la transparence auprès de la population s’avère son meilleur atout.

Pour préserver son équilibre de vie, l’homme de 54 ans s’adonne à ses passions : art, culture, nature, ski, plein air et… les paysages de Charlevoix ! Et sans cesse, il carbure à la créativité : « J’utilise encore la méthode de création d’un spectacle du Cirque pour favoriser la créativité. J’aime m’entourer de penseurs et de grands esprits. C’est en rêvant et en laissant place à l’imagination que nous réussirons à offrir des expériences récréotouristiques significatives, authentiques et originales, propices à l’épanouissement individuel et collectif. »

Photo : © Le Massif de Charlevoix

X