Comment choisir les produits nettoyants pour les surfaces ?

19 octobre 2014 - Par Redaction Carufel

Tout professionnel de la restauration sait l’importance de bien nettoyer et d’assainir les surfaces de travail ; on vous l’aura répété à maintes reprises dans vos cours d’hygiène et de salubrité. Ce qu’on ne vous a peut-être pas appris, c’est de quelle façon choisir le produit qui conviendra le mieux au nettoyage et à l’assainissement de vos comptoirs, tables et surfaces de travail. Voyons-y dès maintenant à l’aide des conseils de professionnels en la matière.



Dites-moi ce que vous voulez nettoyer et je vous dirai quel produit utiliser

De façon intuitive, vous savez déjà probablement que le degré de souillure guidera votre choix quant au produit nettoyant à utiliser, mais vous devez également considérer les différentes matières dont sont faites les surfaces à nettoyer. Guy Lafontaine, directeur des applications technologiques – Hygiène alimentaire et hospitalité chez Laboratoires Choisy, offre les conseils suivants :

- Acier inoxydable : En cuisine, la majorité des dégraissants sont efficaces sur ce type de surface. On pourra ensuite faire briller ces surfaces (autres que les comptoirs) avec un nettoyant à vitre ou avec un poli à acier inoxydable. En salle à manger, un dégraissant léger remplira aisément la tâche.

- Aluminium : Pour ne pas risquer d’abîmer ces surfaces, il faut éviter les dégraissants ayant un pH supérieur à 9. Un dégraissant trop agressif pourrait tacher ou noircir l’aluminium.

- Bois : Il est important de faire la distinction entre une surface en bois verni (comme en salle à manger) et une surface en bois non verni (par exemple, en cuisine). Sur du bois verni, il est important d’utiliser un produit au pH neutre, sans quoi le vernis serait abîmé et les surfaces deviendraient collantes. En cuisine, la plupart des dégraissants peuvent être utilisés.

- Matières synthétiques : N’utilisez surtout pas de produit à base de solvant concentré. Un produit dont le pH est plutôt élevé effectue un bon nettoyage, sans toutefois désagréger la surface.

- Marbre : Éviter les produits acides pour ne pas attaquer la surface. Il faut donc privilégier un pH alcalin (au-dessus de 7).

- Vitre : En salle à manger, un simple nettoyant à vitre suffira. Toutefois, si la vitre est située près d’une source de souillure (comme un gril), il sera nécessaire d’utiliser un dégraissant en premier lieu, sans quoi le nettoyant à vitre ne sera pas efficace.


L’information concernant le pH d’un produit est toujours inscrite sur sa fiche signalétique.


Les consignes de dilution et d’application de chaque produit doivent être respectées à la lettre. En fait, ce sont quatre facteurs interdépendants (que l’on illustre souvent par le cercle de Sinner, tel qu’illustré ci-dessous) qui doivent être observés dans l’opération de nettoyage. Si l’un d’eux est diminué, on doit compenser cette perte en augmentant un ou plusieurs autres facteurs.

Rien de plus désagréable pour les clients de la table voisine que de sentir l’odeur des produits nettoyants vaporisés sans ménagement à quelques pas de leur assiette. Maintenir une distance de 8 à 12 pouces entre la table et le vaporisateur devrait suffire.


« Même si vous choisissez le meilleur produit qui soit, s’il n’est pas manipulé ou appliqué à l’aide d’équipement, d’accessoires et de mains propres, l’efficacité du produit est compromise. »

- Guy Lafontaine, Laboratoires Choisy


Pour faire vite et bien

Finis les allers-retours vers le seau d’eau derrière le comptoir dans lequel baignent les linges de table. On trouve maintenant sur le marché des lingettes humides à usage unique pour le nettoyage des tables de salle à manger.

La compagnie SCA vient de lancer au Canada de nouvelles lingettes humides de nettoyage Tork™. L’emballage distributeur refermable se glisse discrètement dans une poche de tablier et permet au personnel de service d’effectuer un nettoyage discret et hygiénique des tables, tout en lui évitant les déplacements ! tork.ca

De son côté, Wood Wyant offre depuis peu ses chiffons Ultra Wipes au pH neutre et destinés à la désinfection des surfaces dures imperméables, comme les tables de salle à manger, et ce, sans les ternir. Ils sont prêts à l’emploi et sans rinçage, sauf s’ils sont utilisés sur une surface qui peut être en contact avec les aliments. woodwyant.com

Si vous préférez toutefois une solution plus traditionnelle tout en étant innovante, tournez-vous du côté de Chicopee. Le chiffon réutilisable Quix™ Plus, lorsqu’il est plongé dans un seau de 4 litres d’eau, libère une quantité suffisante d’assainisseur pour obtenir un liquide présentant la concentration recommandée de 200 ppm par le MAPAQ pour assainir les surfaces. Fait important à ajouter : cet assainisseur est conforme pour un usage sur une surface avec laquelle les aliments peuvent entrer en contact. Pour en maximiser l’efficacité, il vaut mieux rincer le chiffon de ses souillures avant de le replonger dans l’assainisseur. lexsam.com

Le chiffon Quix™ de Chicopee

Photo : courtoisie de Lexsam

Les raccourcis sont-ils toujours payants ?

Efficaces, les dégraissants-assainisseurs ? Dans un souci d’accélérer le processus entre deux clients en salle à manger, il peut être bien tentant de porter votre choix sur un produit deux en un qui dégraisse et assainit à la fois. Portez toutefois attention à la notice d’utilisation : ces produits doivent être appliqués deux fois plutôt qu’une pour accomplir leur besogne. Donc, d’un côté on n’utilise effectivement qu’un seul produit, mais on ne gagne pas nécessairement de temps et on doit s’assurer que le personnel en salle à manger fait bien les deux applications recommandées.

Une autre solution-raccourci proposée sur le marché est l’assainisseur sans rinçage. Dans ce cas, le respect des proportions de dilution est absolument essentiel à respecter, car si le liquide est surdosé, un rinçage devra être effectué. Les centrales de dilution peuvent évidemment contribuer à éviter une telle situation, mais il faut tout de même s’assurer d’avoir un débit d’eau régulier qui ne variera pas d’une utilisation à l’autre. Un produit prêt à utiliser (prédosé) est à considérer, mais son prix est beaucoup plus élevé. Aussi, ce dernier sera-t-il beaucoup plus courant dans les établissements à petit volume.


Qu’en est-il des certifications écologiques ?

Le programme Écologo est la seule certification environnementale reconnue au Canada. Fondé par le gouvernement fédéral en 1988, mais entièrement cédé à une entreprise privée en 2013, il certifie des produits et services environnementaux dans plus de 120 catégories, dont les produits nettoyants. L’Écologo évalue les critères environnementaux, mais aussi l’efficacité des produits.

En Europe, c’est l’Ecolabel qui certifie les produits nettoyants, alors que les Américains utilisent plutôt le Design for the Environment (DfE). Dans ces deux cas, les critères sont similaires et plus précis que les critères canadiens : réduction des impacts sur l’environnement aquatique, interdiction de contenir des substances dangereuses, biodégradabilité en 28 jours et efficacité au moins égale aux produits concurrents non écologiques.

Source : bio-vert.com


Nettoyer les planches à découper

Selon Carlos Abaunza, directeur au développement des affaires chez GDI Services immobiliers, il faut toujours avoir une bonne procédure de nettoyage pour les planches à découper :

- 1. Faire un prérinçage en éliminant les résidus organiques visibles avec de l’eau tiède ;

- 2. Appliquer un produit alcalin et frotter ;

- 3. Rincer avec de l’eau ;

- 4. Si nécessaire, appliquer du chlore pour blanchir ;

- 5. Assainir avec un produit sans rinçage.

X