Québec Safran : L’or rouge du Québec

7 avril 2017 - Par Pierre-Alain Belpaire

Au début de l’été 2015, Marie-Claude Inkel et son conjoint décident de relever « un nouveau défi », de s’offrir « une nouvelle vie ». Sur une accueillante terre de Grenville-sur-la-Rouge, le couple se lance dans la culture de safran. « On rêvait d’un projet de culture mais nous étions néophytes et nous ne voulions pas nous ruiner en achetant un terrain gigantesque. Nous ne connaissions pas grand’chose au safran mais le projet nous a tentés. »

Dès 2012, des pionniers avaient effectué des tests de culture de safran dans nos froides contrées et sous nos nordiques latitudes. Des tests concluants qui ont poussé d’autres curieux à se lancer dans cette production. « Le prochain colloque des safraniers québécois devrait réunir une centaine de producteurs, de tailles diverses. Nous, avec environ 20 000 bulbes, on se place parmi les "gros" producteurs au pays, détaille Marie-Claude Inkel. Assez étonnamment, le climat québécois se prête plutôt bien à la culture du safran grâce au principe de floraison inversée. Le crocus sativus a besoin d’une période de fraîcheur pour que sa pousse et sa floraison soient activées. L’automne québécois lui convient donc parfaitement. »

Après quelques stages et formations et une première récolte « vraiment limitée », Québec Safran propose aujourd’hui un safran certifié Catégorie no.1 selon la norme ISO internationale attribuée lors d’analyses effectuées par l’université Laval.

L’« or rouge » de Québec Safran est vendu dans des pots hermétiques de 10 grammes maximum, fermés par des bouchons de liège permettant de réguler l’humidité.

Pour suivre Québec Safran :
- Sur le Web : quebecsafran.com
- Sur Facebook : Québec Safran

Magazine
PUBLICITÉ
X